Y a-t-il un lien entre sélénium et glaucome ?

Des études récentes ayant suggéré, avec des résultats homogènes, une association entre taux plasmatiques élevés de sélénium et incidence du glaucome, des auteurs américains ont cherché à préciser cette relation et comparé les taux de sélénium dans le plasma et dans l’humeur aqueuse de patients atteints de glaucome à ceux de sujets indemnes de cette affection oculaire, qui est la deuxième cause de cécité dans les pays industrialisés.

Ils ont mené, entre août 2002 et septembre 2003, à Tucson, en Arizona, une étude cas-témoins, qui a inclus 47 patients atteints de glaucome primitif à angle ouvert (GPAO) et 54 témoins indemnes de GPAO.

Les 47 cas comptaient 42,5 % d’hommes, étaient âgés en moyenne de 70,66 ans (extrêmes : 67,71-73,61 ans) et avaient une pression intra-oculaire (PIO) moyenne de 18,87 (17,16-20,58). Les 54 témoins étaient pour 31 % d’entre eux des hommes, d’âge moyen 69,44 ans (66,16-72,73ans) et avaient une PIO moyenne de 15,04 (14,32-15,76).

Les dosages de sélénium ont été réalisés dans le plasma et dans l’humeur aqueuse. Chez les cas, des taux de sélénium moyens sont de 209,11 ng/ml (198,42-219,79) dans le plasma et de 46,31 ng/ml (44,91-47,70) dans l’humeur aqueuse ; les chiffres correspondants, chez les témoins, sont 194,45 ng/ml (181,79-207,11) et 46,02 ng/ml (45,05-46,99).
L’analyse a pris en compte de nombreux facteurs potentiels de confusion, et des ajustements ont été effectués, notamment sur la PIO, les antécédents familiaux de glaucome, l’existence  simultanée d’une dégénérescence  maculaire liée à l’âge, le tabagisme dépassant 100 cigarettes vie entière, la couleur des yeux et le sexe.
L’analyse met en évidence des associations significatives entre glaucome et tertile le plus haut de sélénium plasmatique (OR = 11,3 ; p = 0,03), et entre glaucome et tertile moyen de sélénium dans l’humeur aqueuse (OR = 0,06 ; p = 0,02). 

Cette étude, où les taux de sélénium plasmatiques excèdent le taux approximatif de 100 ng/ml de saturation des pools de glutathion peroxydase, laissant un excès de sélénium dans l’organisme qui pourrait avoir des effets délétères, suggère une association, de même sens, entre sélénium plasmatique et glaucome, sans permettre d’affirmer une relation causale. Elle suggère aussi une association, de sens inverse, entre sélénium de l’humeur aqueuse et glaucome, principalement pour le tertile moyen de concentrations de sélénium, qui pourrait se situer dans une gamme de concentrations optimale pour un effet protecteur vis-à-vis du glaucome.
L’interprétation reste cependant limitée par le petit nombre de participants, le caractère monocentrique de l’étude, le fait que les patients étaient traités médicalement pour leur glaucome lors de l’étude, l’impact des traitements locaux sur les taux de sélénium n’étant pas connu, ainsi que par le recueil insuffisant des données intéressant les apports et compléments alimentaires de sélénium à long terme. 

Dr Claudine Goldgewicht

Référence
Bruhn RL et coll. : Relationship between glaucoma and selenium levels in plasma and aqueous humor. Br J Ophtalmol, Publication avancée en ligne, 12 juin 2008.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article