Croissance post-natale du cerveau et retard mental chez les grands prématurés

Le devenir neuro-développemental des grands prématurés (GP) dépend de la croissance post-natale de leur cerveau, une évidence un peu oubliée depuis qu’il est possible de documenter les lésions cérébrales périnatales sur une IRM à terme.

Une étude de cohorte prospective rappelle que cette croissance, objectivée par la courbe du périmètre crânien (PC), conserve une grande valeur pour le pronostic mental à 2 ans.

La cohorte comprenait un peu plus de 200 GP, nés à moins de 30 semaines de grossesse ou avec un poids < 1 250 grammes, qui avaient passé une IRM classique et volumétrique, autour du terme théorique (n=214), et des tests de développement de Bayley II, vers 24 mois (n=202). Les enfants étaient considérés comme « microcéphales » quand leur PC était < - 2 DS par rapport à la moyenne pour l’âge et le sexe, ce qui était le cas de 11,5 % d’entre eux à la naissance (sur 130 PC pris), de 7,5 % au moment du terme théorique (et de l’IRM), et de 30 % à 2 ans.

La démonstration des auteurs tient en deux points : chez les anciens GP : 1) au terme théorique, le PC reflète le volume de matière cérébrale, et 2) à 2 ans, un « petit PC » va de pair avec un retard du développement mental.

Le PC à terme et le volume de matière cérébrale, sur l’IRM concomitante, étaient fortement corrélés (r= 0,68 ; p <0,001). Par comparaison avec les enfants à PC normal, les enfants microcéphales à terme avaient des « segments » intracrâniens réduits. Après ajustement sur le volume intracrânien, seuls leurs noyaux gris centraux restaient atrophiés (Δ= -22cm³, p=0,04).

Les enfants microcéphales à 2 ans présentaient plus de retards mentaux (Quotient de Développement QD mental < 70), de retards psychomoteurs (QD psychomoteur < 70), et de paralysies cérébrales que les autres. L’excès de retards mentaux et psychomoteurs persistait après ajustement sur les conditions sociales et sur le sexe. Les enfants microcéphales mais sans paralysie cérébrale, avaient seulement des QD mentaux inférieurs aux autres (moyennes=77 versus 89 ; Δ= -12, p <0,001). Les enfants dont la courbe de croissance du PC s’était infléchie entre 1 mois et 2 ans avaient aussi des QD mentaux inférieurs aux autres (moyennes=80 vs 89 ; Δ= -9, p=0,003).

En revanche, ni la valeur du PC , à la naissance, à terme et à 2 ans, ni sa croissance, n’étaient associées aux lésions de la substance blanche ou grise, révélées par l’IRM à terme.

A 2 ans, une microcéphalie ou un ralentissement de la croissance du PC ont une signification péjorative quant au développement mental d’un ex-GP. Elles traduisent une insuffisance de la croissance post-natale du cerveau sous-jacent, comme le suggère la corrélation entre le PC et le volume du cerveau –hors LCR- trouvée au terme théorique. La question qui se pose est de savoir s’il s’agit d’un facteur de pronostic véritablement indépendant des lésions de la substance blanche ou grise, ou pas.

Dr Jean-Marc Retbi

Référence
Cheong JLY et coll. : Head growth in preterm infants: correlation with magnetic resonance imaging and neurodevelopmental outcome. Pediatrics 2008 ; 121 : e1534-e1540

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article