Polypose naso-sinusienne unilatérale : des symptômes à l’étiologie

Des auteurs américains se sont attachés à décrire les symptômes de polypose nasale unilatérale, et leur corrélation aux lésions anatomopathologiques observées.

Pour ce faire, ils ont repris les dossiers de 301 patients ayant eu une polypose nasale et traités entre 1995 et 2004, par chirurgie fonctionnelle endoscopique des sinus. Les données intéressant 46 patients, 28 hommes et 18 femmes, atteints de polypose nasale unilatérale ont été soumises à analyse mais, les données anatomopathologiques manquaient pour 2 patients.

Les diagnostics portés ont été ceux de : rhinosinusite chronique, sinusite fongique allergique, papillome inversé naso-sinusien, épithélioma spinocellulaire naso-sinusien, mucocèle, esthésioneuroblastome, polype à Papillomavirus humain (HPV).
La rhinosinusite chronique était le plus souvent en cause (n = 17 patients, 39 % des cas). Venaient ensuite la sinusite fongique allergique (n = 15, 34 %), le papillome inversé naso-sinusien (n = 7, 16 %), puis l’épithélioma spinocellulaire naso-sinusien (n = 2, 4,5 %). Mucocèle sinusienne, esthésioneuroblastome et polype de type HPV, plus rarement retrouvés, comptaient chacun pour 2,2 % des diagnostics portés.

Les principaux symptômes d’appel rapportés étaient : dans la rhinosinusite chronique, la congestion nasale unilatérale pour 11 des 17 patients, des céphalées et des épistaxis respectivement chez 2 et 3 des patients ; dans la sinusite fongique allergique, la congestion nasale unilatérale pour 14 patients sur 15 et l’épistaxis pour 1 patient ; la congestion nasale aussi en cas de mucocèle ou de papillome sinusien de type HPV ; des épistaxis, ainsi que la congestion nasale, des céphalées et des convulsions, chez les patients atteints de  papillome inversé ou d’esthésioneuroblastome.
Seule l’épistaxis s’est avérée significativement associée au papillome inversé, et corrélée sans atteindre la significativité statistique, à toutes les causes néoplasiques unilatérales observées, papillome inversé, épithélioma spinocellulaire naso-sinusien, esthésioneuroblastome.

Les auteurs insistent sur l’importance de la prise en compte des données cliniques, radiologiques et endoscopiques, dans l’identification des causes de polypose naso-sinusienne unilatérale.

Dr Claudine Goldgewicht

Référence
Tritt S et coll. : Unilateral nasal polyposis : clinical presentation and pathology. Am J Otolaryngol 2008 ; 29 : 230-2.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article