Prévention de la maladie de Parkinson : des résultats fort de café ?

Plusieurs études ont suggéré une association inverse entre consommation de café et maladie de Parkinson. Cependant, ces travaux étant principalement américains et comptant peu d’études de cohortes, ils appelaient réplication. Cette étude réalisée par l’Institut de santé publique d’Helsinki, qui s’est attachée à préciser la relation entre consommation de café et risque de maladie de Parkinson, apporte ainsi de nouveaux éléments au débat, d’autant plus intéressant que la population de Finlande a le taux de consommation de café le plus élevé du monde.

Il s’agit d’une étude prospective conduite chez 6 170 hommes et femmes, âgés de 50 à 79 ans, indemnes de maladie de Parkinson à l’inclusion. La consommation de café était établie grâce à un autoquestionaire rempli par les participants.

Cette cohorte a été suivie 22 années durant, au cours desquelles 101 cas incidents de maladie de Parkinson sont survenus (attestés par un neurologue). De nombreux facteurs potentiels de confusion ont été pris en compte dans l’analyse, et des ajustements ont été effectués notamment sur l’âge, le sexe, le statut marital, le niveau d’éducation, la consommation d’alcool, l’activité physique de loisir, le tabagisme, l’indice de masse corporelle (IMC), l’hypertension artérielle et la cholestérolémie.

Après ajustements, l’analyse met en évidence un risque relatif de maladie de Parkinson de 0,26 (intervalle de confiance à 95 % [IC95] de 0,07  à 0,99) ; p pour la tendance = 0,18) chez les sujets buvant quotidiennement 10 tasses de café ou plus, en comparaison de sujets ne buvant pas de café.

Si l’association observée entre consommation de café et maladie de Parkinson est apparue semblable chez les hommes et chez les femmes, elle s’est avérée significativement plus forte chez les sujets en surpoids (IMC supérieur à 25) et chez ceux dont la cholestérolémie était, dans cette population d’étude, inférieure à la médiane, de 7,24 mmol/l.
Par ailleurs, l’étude montre une association inverse, statistiquement significative, entre tabagisme et maladie Parkinson, avec un risque relatif, ajusté sur l’âge et le sexe, de 0,19 (IC 95 de 0,07 à 0,52) en comparaison des non-fumeurs.

Cette étude, dont les résultats semblent conforter l’hypothèse d’un effet protecteur de la consommation de café sur le risque de maladie de Parkinson, voit son interprétation limitée par plusieurs insuffisances :
- le nombre, plutôt faible, de cas malgré les 22 ans de suivi ;
- de possibles erreurs de classement des cas ;
- l’incertitude portant sur la reproductibilité à long terme de la consommation de café (d’autant plus que la consommation de café aurait diminué, en Finlande, au cours des deux dernières décennies) ;
- l’absence de questions permettant d’informer sur la taille des tasses, rendant impossible la détermination précise de la quantité de café consommée (les auteurs ont opté pour le volume d’une tasse présumé probable en Finlande dans les années 1970 : 110 ml) ;
- le manque d’information intéressant les autres sources de caféine ;
- la possibilité, malgré les nombreux facteurs potentiels de confusion pris en compte, de facteurs confondants résiduels.

Dr Claudine Golgewicht

Référence
Sääksjärvi K et coll. : Prospective study of coffee consumption and risk of Parkinson’s disease. Eur J Clin Nutr 2008 ; 62 : 908-15.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article