Polémique autour de la commercialisation du Red Bull

Le Red Bull, la fameuse boisson énergisante vendue sous la forme d’une canette bleue et grise, est disponible en France depuis mardi. La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a réitéré aujourd’hui ses réserves concernant ce breuvage, jusqu’à conseiller aux parents de le boycotter « par mesure de précaution ». Le principal sujet d’inquiétude porte sur l’un des ingrédients du Red Bull, la taurine, un acide aminé naturellement présente dans le corps humain. Ajoutée à la caféine et à la D-glucuronolactone, elle fait du Red Bull un cocktail énergisant fortement apprécié des fêtards pour les aider à tenir jusqu’au bout de la nuit. Or, selon l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa), l’innocuité de ces produits sur l’organisme ne va pas de soi. La consommation du Red Bull pose notamment problème quand on l’associe à l’alcool. Dans un avis datant de décembre 2006, l'Afssa indiquait que « le produit, en potentialisant les effets excitants de l'alcool et en diminuant ses effets dépressifs, diminue la perception, mais pas la réalité de l'intoxication alcoolique. Une moindre perception d'intoxication alcoolique peut favoriser à la fois la consommation d'alcool et la prise inconsidérée de risque ». L’AFSSA soupçonne également la taurine d’être à l’origine de certains effets neuro-comportementaux. Dernièrement, elle relatait une expérience menée sur des rats qui, après avoir ingéré la boisson à la taurine, étaient tellement énervés qu'ils se sont rongé les pattes jusqu'au sang ! La D-glucuronolactone pourrait, pour sa part, présenter une toxicité rénale.

AC

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Red bull

    Le 16 juillet 2008

    Une fois encore, le plus nocif n'est pas le produit par lui-même, mais la stupidité des journalistes qui font à cette boisson une publicité sans laquelle le phénomène aurait pu être aisément limité.
    Ce fut exactement la même chose pour les drogues addictives.

Réagir à cet article