Portrait-robot de l’hyperthyroïdie en population non carencée en iode

L’incidence et les étiologies de l’hyperthyroïdie ont été analysées dans cette étude épidémiologique entre 2003 et 2005 dans la région de Stockholm.
 
Rappelons que trois pathologies sont susceptibles d’entraîner une hyperthyroïdie : la maladie de Basedow, le goitre multinodulaire toxique et l’adénome toxique isolé et que l’incidence de l’hyperthyroïdie dépend de l’apport iodé. Par ailleurs, en Suède, la supplémentation en iode a été débutée en 1936 et majorée en 1966 devant la constatation de la persistance d’une incidence élevée des goitres. On peut donc considérer que le programme de supplémentation en iode permet un apport stable et suffisant depuis plus de 40 ans. La méthodologie de cette étude reposait sur un registre regroupant les 8 unités spécialisées susceptibles de prendre en charge les patients en hyperthyroïdie de plus de 18 ans.
 
Un diagnostic d’hyperthyroïdie a été porté chez 1 431 nouveaux patients sur une population de 1 457 036 habitants. L’incidence annuelle moyenne est donc de 32,7/100 000.
L’incidence de la maladie de Basedow est de 24,5/100 000/an, celles du goitre multinodulaire toxique de 3,3/100 000/an et de l’adénome toxique de 4,9/100 000/an. Le ratio femme/homme est de 3,9/1 comme attendu. Le pic d’incidence pour la maladie de Basedow est observé dans la tranche d’âge 30-39 ans, alors que pour les pathologies toxiques le pic d’incidence concerne les 70-79 ans. L’hyperthyroïdie est plus fréquente chez les fumeurs, sans différence selon l’étiologie.

Cette étude, réalisée dans une zone géographique où la carence en iode est corrigée depuis 40 ans, retrouve une incidence de l’hyperthyroïdie de 32,7/100 000 habitants, et cette dernière est en rapport avec une maladie de Basedow dans 75 % des cas.

Dr Laurence Du Pasquier

Référence
Abraham-Nordling M et coll. : Incidence of hyperthyroidism in Stockholm, Sweden,2003-2005. European Journal of Endocrinology 2008 ; 158 : 823-827.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article