Le résultat esthétique des seins conservés après cancer est altéré par la chaleur

Le sein en cas de cancer est conservé en totalité, ou en partie, de plus en plus souvent, et sans compromettre le résultat oncologique, à la grande satisfaction des malades. Toutefois, le résultat peut être altéré à la longue par des facteurs externes, et l’exposition à la chaleur, en particulier après radiothérapie (RT), en est un exemple.

Pour le démontrer, les auteurs sud-coréens ont repris les dossiers de 424 malades ayant bénéficié de RT après une chirurgie conservatrice du sein (CCS). Les tumeurs étaient classées T1 (n=302) ou T2 (n=122), et 317 d’entre elles (75 %) étaient N0.

Toutes les malades avaient subi une CCS, soit une quadrantectomie (n=398), soit une tumorectomie (n=26). La grande majorité des malades ont également eu un curage axillaire (n=406 cas). La RT a été précédée et/ou suivie d’une chimiothérapie chez 231 femmes, et accompagnée d’une hormonothérapie dans 130 cas. La radiothérapie a consisté en une dose totale moyenne de 50 Gy avec une surimpression de 10 Gy sur le lit tumoral, et quelques malades ont eu, en outre, une irradiation axillaire, voire sus-claviculaire ou mammaire interne.

Les bains d’eau chaude ≥ 40° C ou les saunas ont été vivement déconseillés au risque d’altérer le résultat esthétique (deux expositions de ce type ont été considérées comme une exposition à la chaleur). Les patientes ont été revues plusieurs fois par an pendant 5 ans puis tous les ans ultérieurement, avec prise de photographies.

Les résultats esthétiques ont été qualifiés en « excellent » (pas de différence entre les 2 seins), « bon » (différence minime), « médiocre » (différence majeure, mais sans déformation), ou « mauvais » (séquelles criantes). Les distances entre la xiphoïde et chacun des mamelons ont été mesurées et comparées.

Au cours du suivi, 15 femmes ont présenté une récidive locale, 8 une récidive régionale et 41 une récidive métastatique. Les résultats esthétiques se sont détériorés, les résultats « excellents » ou « bons » passant de 90,4 % avant la RT à 78 % lors de la dernière consultation, tandis que les cas jugés « médiocres » grimpaient de 8,9 à 19,4 % et les « mauvais » de 0,7 à 2,6 %.

Les facteurs prédictifs d’un piètre résultat sont une tumeur de plus de 2 cm (p=0,0109), une localisation dans un quadrant inférieur (p=0,0026), l’irradiation axillaire et sus-claviculaire (p=0,0028), et l’exposition à la chaleur (p=0,0152).

Il importe ainsi de bien prévenir les malades ayant bénéficié d’une chirurgie conservatrice du sein, suivie de radiothérapie, du risque esthétique que représente pour elles l’exposition à la chaleur.

Dr Jean-Fred Warlin

Référence
Chie EK et coll. : Negative impact of heat exposure on cosmesis after conservative treatment for breast cancer. Tumori 2008 ; 93 : 591-6.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Résultat esthétique des seins conservés après cancer

    Le 26 juillet 2008

    On peut regretter dans cet article qu'on ne rapelle pas que dans une grande majorité de cas, l'exposition à la chaleur, que ce soit les bains ou le soleil est AUSSI une prise de risque, soit de lymphoedeme (LO) immédiat du membre supérieur, soit de l'aggravation d'un lymphoedeme déjà installé, si minime soit-il. La faculté reste souvent "indifférente" à la prise en compte de ce risque, bien connu des spécialistes, médecins ou kinésithérapeutes intervenant dans le TT physique du lymphoédeme.
    D'autres risques sont également sous estimés, voire ignorés, comme les injections dans le membre supérieur ou sa racine en cas de LO déclaré.

    JP.Olu, MKDE retraité

Réagir à cet article