L’association entre diabète et cancer de la prostate dépend de l’agressivité du cancer et de l’IMC

L’équipe du Prostate, Lung, Colorectal, and Ovarian (PLCO) Trial Project, du National Cancer Institute de Bethesda, s’est penchée sur la relation associant éventuellement diabète et cancer de la prostate. Rappelons que ces affections représentent toutes deux de véritables problèmes de santé publique. Le diabète touche aux États-Unis près de 10 % de la population et est une cause majeure de morbidité et de mortalité. Quant au cancer de la prostate, il occupe le deuxième rang pour la mortalité liée au cancer.

Cette équipe a examiné, de façon prospective, la relation entre diabète et cancer de la prostate chez 33 088 hommes inclus dans le bras dépistage du PLC Trial Project, essai multisites américain, randomisé, contrôlé, visant à évaluer les méthodes de détection précoce des quatre cancers figurant dans son appellation : prostate, poumon, côlon-rectum et ovaire.

Dans cette population d’étude, 3 024 sujets (9,1 %) ont rapporté l’existence d’un diabète diagnostiqué par un médecin, sans distinction entre diabètes de type 1 et de type 2 (ce dernier concernant ici 95 % des cas). La médiane d’âge était de 64 ans (59-68 ans) chez les sujets ayant rapporté un diabète, de 62 ans (58-66 ans) chez ceux n’ayant pas signalé une telle affection. Les premiers avaient un indice de masse corporelle (IMC) médian de 28,7 (25,9-32) et les seconds de 26,8 (24,6-29,6).

Au cours d’un suivi de 8,9 ans, 2 058 cas incidents de cancer de la prostate ont été identifiés.

L’évaluation a pris en compte de nombreux facteurs potentiels confondants et effectué des ajustements sur l’âge, l’ethnie, le niveau d’éducation, les antécédents familiaux de cancer de la prostate, la prise d’aspirine, le tabagisme, l’IMC, la taille et l’activité physique.

L’existence d’un diabète s’est avérée associée à une réduction significative du risque total de cancer de la prostate (risque relatif [RR]= 0,80 ; intervalle de confiance à 95 % [IC95] de 0,68 à 0,95). L’analyse montre que cette apparente protection apportée par le diabète était principalement liée à une relation inverse entre diabète et cancer de la prostate non agressif, de faibles grades (score de Gleason inférieur à 8) et stades (stades cliniques I et II), avec un RR de 0,75 (IC95 de 0,62 à 0,91).

À L’opposé, elle ne met pas en évidence d’association entre diabète et cancer de la prostate agressif, de haut grade (score de Gleason atteignant ou dépassant 8) et de stade avancé (stades III ou IV) (RR = 1,04 ; IC95 de 0,74 à 1,45). Ni les ajustements plus poussés sur la nycturie et sur l’existence d’un antécédent d’hypertrophie bénigne de la prostate, ni l’exclusion des cas diagnostiqués au cours de la première année de suivi, n’ont modifié les estimations de risque.

L’analyse selon l’IMC, suggère chez les hommes dont l’IMC était inférieur à 25, et chez ceux ayant le plus haut niveau d’activité physique (plus de trois heures d’exercice physique intense chaque semaine), une association positive entre diabète cancer de la prostate agressif, avec des RR respectivement de 1,64 (IC95 de 0,87 à 3,07) et 1,63 (IC95 de 1,07-2,62).

Cette étude laisse apparaître des relations divergentes entre diabète et cancer de la prostate. Elle associe, à l’existence d’un diabète, une réduction de 20 % du risque total de cancer de la prostate, portée surtout par une relation inverse entre diabète et cancer non agressif de la prostate. Elle ne montre pas, globalement, d’association entre diabète et cancer de la prostate agressif, mais suggère une relation positive entre diabète et cancer de la prostate agressif chez les hommes minces et chez ceux ayant forte activité physique.

Dr Claudine Goldgewicht

Référence
Leitzmann MF et coll. : Diabetes mellitus and prostate cancer risk in the Prostate, Lung, Colorectal, and Ovarian Trial. Cancer Causes Control. Publication avancée en ligne le 11 juillet 2008.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article