Le by pass gastrique a de meilleurs effets endocriniens que le régime hypocalorique !

La chirurgie gastrique pour réduction pondérale par by pass (Roux-en-Y) permet une perte de poids prolongée. En cas de diabète de type 2 associé, il a été constaté une rémission dans 80 % des cas. Un effet endocrinien de cette chirurgie impliquant les incrétines est possible. Les deux principales incrétines, le GIP et le GLP-1, sont sécrétées par les cellules intestinales en réponse à un repas et elles sont responsables de 50 à 60 % de la sécrétion post-prandiale de l’insuline. En cas de diabète de type 2, l’effet incrétine est altéré : diminution du taux de GLP-1 avec efficacité conservée, taux normal de GIP mais absence d’effet sur la sécrétion d’insuline. La chirurgie bariatrique avec by pass entraîne une tranposition iléale qui augmente les taux de GLP-1 et la réduction pondérale rapide associée à cette chirurgie a également un effet incrétine potentiel.

L’objectif de cette étude était de déterminer l’importance de l’effet incrétine chez des patients ayant un diabète de type 2 après chirurgie gastrique par by pass et de comparer cet effet à celui obtenu par une perte pondérale équivalente secondaire à un régime hypocalorique. Cette étude a évalué 9 patientes diabétiques avant et un mois après chirurgie gastrique par by pass et 10 patientes diabétiques avant et après régime hypocalorique sévère (1 000 cal/j avec pour objectif une perte de 10 kg en 4 à 8 semaines). Les patientes des deux groupes ont été appariées sur l’âge, le poids, le BMI, la durée et le contrôle du diabète, la perte pondérale. Les taux de GIP et de GLP-1 de base et après stimulation ainsi que l’effet incrétine mesurée sur l’insulinémie post-charge ne différaient pas à l’inclusion.

Après chirurgie le taux de GLP-1 post-charge était multiplié par 6 et l’effet incrétine sur la sécrétion d’insuline était multiplié par 5 (p  0,001) ; aucune modification significative de ces paramètres n’était retrouvée après régime hypocalorique. La glycémie post-prandiale  était significativement plus faible après chirurgie qu’après régime hypocalorique.

Cette étude montre, qu’à perte de poids équivalente, l’amélioration de l’effet incrétine est franchement plus importante après chirurgie par by pass qu’après régime hypocalorique, expliquant l’effet favorable de cette chirurgie sur l’évolution du diabète.

Dr Laurence Du Pasquier

Référence
Laferrère B et coll : Effect of weight loss by gastric bypass surgery versus hypocaloric diet on glucose and incretin levels in patients with type 2 diabetes. J Clin Endocrinol Metab 2008 ; 93 : 2479-2485.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Enfin !

    Le 27 août 2008

    Les diabétiques de type 2 étant addicts, c'est enfin une solution pour ces patients en cardiologie qui restent les quasi seuls résistants à nos recommandations.

    Dr Roger Turbide

Réagir à cet article