Stents coronaires actifs chez le diabétique : il faut deux antiplaquettaires pendant au moins 6 mois !

Les diabétiques sont des patients à risque élevé de cardiopathie ischémique et ont des taux de resténoses plus élevés après la pose de stents coronaires. Si des essais cliniques ont rapporté une réduction de la fréquence des re-sténoses et donc de la nécessité de nouvelle revascularisation myocardique avec les stents au sirolimus (SS) ou au paclitaxel (SP) par rapport aux stents nus (SN), ces résultats restent d’une portée limitée du fait du petit nombre de sujets inclus et de la faible durée de suivi des patients. De plus, une méta-analyse portant sur 4 essais chez 428 patients diabétiques et comparant le SS au SN avec un suivi atteignant 4 ans suggère une augmentation importante de la mortalité dans le groupe SS (OR = 2,9 ; IC 95 % : 1,38 à 6,10).

Afin de comparer l’efficacité et la tolérance des 3 types de stents (SS, SP et SN) chez les patients avec et sans diabète, une équipe internationale multidisciplinaire a réalisé une méta-analyse en « réseau » (permettant des comparaisons directes, ou inter-études, et indirectes ou intra-études).

A total, 35 essais regroupant 3 852 patients diabétiques et 10 947 patients non diabétiques ont été inclus dans l’analyse. La mortalité globale était augmentée (de façon non significative) avec les stents bioactifs par rapport aux stents nus chez les diabétiques mais non chez les non-diabétiques (par exemple RR de décès 1,14 avec un IC à 95 % entre 0,74 et 1,60 pour les SS comparé aux SN).  En limitant l’analyse aux essais dont la durée de bithérapie antiplaquettaire était supérieure ou égale à 6 mois, cette hétérogénéité a été réduite significativement avec des RR de mortalité chez les diabétiques proches de 1 : SS versus SN, RR = 0,88 (IC 95 % : 0,55 à 1,30) ; SP versus SN, RR = 0,91 (IC 95 % : 0,60 à 1,38) et SS versus SP, RR = 0,95 (IC 95% : 0,63 à 1,43). Chez les patients non diabétiques, les RR de mortalité n’étaient pas affectés par la durée de la bithérapie antiplaquettaire : SS versus SN, RR= 1,05 (IC 95 % : 0,69 à 1,73) ; SP versus SN, RR= 0,89 (IC 95% : 0,66 à 1,18) et SS versus SP, RR= 1,23 (0,82 à 1,69). Enfin, les 2 types de stents actifs ont été associés à une diminution de la nécessité de revascularisation par rapport aux stents nus chez les patients avec ou sans diabète.

Pour conclure, cette méta-analyse permet d’émettre l’hypothèse que la tendance à la surmortalité globale observée avec les stents actifs versus les stents nus chez les patients diabétiques est liée à une durée de bithérapie antiplaquettaire inférieure à 6 mois. Ces résultats doivent inciter à prescrire deux anti-agrégants plaquettaires pendant au moins 6 mois chez tous les patients recevant un stent bio-actif.

Dr Georges Dubois

Référence
Stettler C et coll. : Drug eluting and bare metal stents in people with and without diabetes: collaborative network meta-analysis. BMJ 2008;337:a1331, doi: 10.1136/bmj.a1331 (publié le 31 août 2008).

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article