Un site et un colloque dédiés aux souffrances… des professionnels de santé !

Paris, le mardi 23 septembre 2008 – Les conditions de travail actuelles des professionnels de santé ont accru leur sentiment de mal être et leur souffrance morale. Plusieurs enquêtes ont mis en évidence ces dernières années des indicateurs alarmants concernant les médecins libéraux. Ainsi, une étude du Conseil national de l’Ordre des médecins en 2003 avait estimé à 14 % le nombre de décès par suicide chez les médecins libéraux en activité. De leurs côtés, plusieurs Unions régionales de médecins libéraux (URML) ont pointé du doigt le fait que des symptômes d’épuisement professionnel sont évoqués par 47 % des praticiens de ville. Enfin, on pourra rappeler que c’est l’accroissement des tâches administratives qui est le plus souvent cité (96 % !) comme facteur favorisant le burn out. Face à cette situation, le Groupe Pasteur Mutualité propose un site internet baptisé sobrement et sans ambages : « La souffrance du soignant » où sont disponibles de nombreux outils particulièrement utiles pour tous ceux qui veulent éviter la progression du burn out. Outre une définition et une description de ce syndrome, les praticiens pourront ainsi connaître leur niveau de risque, grâce à trois tests ou encore évoquer leurs difficultés avec leurs confrères à travers un forum. Ils pourront également participer le 4 décembre prochain à Paris à un colloque entièrement dédié à la « vulnérabilité » et à « la souffrance du soignant ». Plusieurs tables rondes permettront d’évoquer les situations spécifiques de tous les professionnels de santé : qu’ils travaillent à l’hôpital ou en ville ou qu’ils exercent dans des secteurs à risque, comme les urgences, la psychiatrie ou les services de gériatrie.

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article