Campagne difficile sur le glaucome

Le glaucome primitif à angle ouvert (GPAO) touche, dans les populations caucasiennes et indiennes du Royaume-Uni, de 1 à 2 % des plus de 40 ans. La maladie, fortement liée à l’âge, souvent asymptomatique avant les stades avancés, aboutit à une perte progressive, irréversible, du champ de vision et constitue ainsi une cause majeure de cécité du sujet âgé. Pourtant, dans les pays industrialisés, seuls 50 % des cas sont diagnostiqués et traités. Des auteurs londoniens ont évalué l’impact d’une campagne d’information grand public sur le glaucome. 

La campagne d’information, menée en septembre 2006, a utilisé quatre médias : la télévision (l’information ayant inclus trois flashes quotidiens en Hindi) ; la presse locale (en alternant messages en anglais et en Hindi, et en insérant des messages dans les journaux indiens) ; la radio locale (avec des spots d’information et des interviews, traduits en Hindi et en Punjabi) ; affiches informatives dans les lieux de culte.

Une étude pilote ayant mis en évidence que la population indienne âgée de plus de 60 ans résidant à Southall, Ealing, avait un faible niveau de connaissances sur le glaucome, cette population a été prise pour cible de la campagne d’information (soit 300 948 habitants, dont 46 865 âgés de plus de 60 ans et 49 734 d’origine indienne).  Les réponses à un questionnaire concernant le glaucome, posé dans la langue usuelle des sujets interrogés, ont été comparées avant et après la campagne. Le nombre de consultations auprès des optométristes du district (prédictives d’une consultation pour glaucome) a été recueilli six mois avant le lancement de la campagne et six mois après celle-ci.

Les résultats, analysés sur un groupe de 300 sujets avant la campagne et de 306 après, montrent que seuls 67 (22 %) avaient déjà entendu parler du glaucome avant la campagne, (par le biais du médecin généraliste, des amis ou la famille). Ils étaient 163 (53 %) après la campagne, l’information provenant alors, pour 69 % des sujets, de la radio. Cependant, cela ne les a pas poussés à s’informer d’avantage et n’a pas amélioré les connaissances sur la maladie. Une plus forte proportion de ceux qui ont consulté pour examen des yeux après la campagne avaient entendu parler du glaucome, mais le nombre absolu des consultations post campagne a légèrement diminué….

Cette campagne d’information sur le glaucome a rempli son objectif d’alerte mais n’a pas modifié les comportements de recherche de soins.
Les auteurs de cette étude, limitée à une communauté culturelle et géographique, attirent l’attention des décideurs sur la nécessité de la prise en compte des spécificités et sensibilités communautaires et d’une bonne connaissance de la population ciblée. Ils insistent sur le choix des moyens d’intervention, les plus chers n’étant pas nécessairement les plus adaptés, et malgré les flashes télévisés fréquents et aux couleurs vives, ce sont les messages radio qui ont ici porté leurs fruits et alerté 69 % des sujets.

Dr Claudine Goldgewicht

Référence
Baker H, Murdoch I. Can a public health intervention improve awareness and health seeking behaviour for glaucoma ? Br J Ophthalmol, 2008 Publication avancée en ligne le 6 octobre.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article