Mexicain et méditerranéen, les meilleurs régimes pour échapper au cancer du sein

En partant du constat que le risque de cancer du sein (KS) est plus faible dans la population hispanique que non-hispanique des Etats-Unis (proportion de 2 vs 3), alors que l’incidence de l’obésité y est supérieure, les auteurs ont recherché si l’alimentation avait un impact sur cette différence et si cela dépendait du statut ménopausique.

Ils ont donc étudié l’influence de 5 régimes prédéfinis : mexicain (fromages mexicains, haricots rouges, légumes), méditerranéen (poisson, volailles, vin), occidental (lait entier, riz décortiqué, viande rouge préparée), prudent (céréales entières, fruits, légumes) et diététique (édulcorants, salades, Ω3)  chez des femmes hispaniques et blanches non-hispaniques sur la survenue de KS, en tenant compte du statut ménopausique, des récepteurs œstrogèniques, et de l’indice de masse corporelle (IMC).

L’étude, réalisée sur le modèle cas-témoins, a concerné les femmes de 4 États (Arizona, Nouveau Mexique, Colorado, Utah), les porteuses de KS (infiltrants ou in situ) étant appariées à un nombre similaire de femmes témoins sans KS, par tranche d’âge de 5 ans, de même origine ethnique. Les femmes ont été interrogées, en anglais ou en espagnol, sur le type de régime alimentaire qu’elles suivaient, leurs antécédents, leur activité physique, leur statut ménopausique et sur la prise d’un éventuel traitement substitutif.

Les résultats ont été stratifiés en fonction du statut ménopausique et de l’IMC. Dans le groupe femmes hispaniques, il y avait 757 femmes porteuses de KS et 867 cas-témoins ; ces chiffres étant de 1 524 et 1 598 dans le groupe des Blanches non hispaniques. Le risque de KS est apparu nettement majoré par les régimes occidental et prudent, nettement minoré par les régimes mexicain et méditerranéen. La minceur (IMC< 25) s’est trouvée aggraver le risque de KS chez les femmes soumises au régime occidental après la ménopause alors que son effet délétère sur les femmes suivant le régime mexicain s’observe avant la ménopause. Enfin, la différence entre hispaniques et non hispaniques était infime (l’obésité étant plus souvent notée chez les premières), sauf en cas de régime diététique, qui n’a fait décroître le risque de KS que dans le sous-groupe des femmes hispaniques non encore ménopausées.

La variété de régime, le statut ménopausique et l’indice de masse corporelle influent plus sur le risque de cancer du sein que l’origine ethnique.

Dr Jean-Fred Warlin

Référence
Murtaugh MA et coll. : Diet patterns and breast cancer risk in hispanic and non-hispanic white women: the four-corners breast cancer study. Am J Clin.Nutr., 2008;87:978-84.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article