Auto-immunité thyroïdienne : la rémission spontanée de la maladie de Basedow est-elle possible ?

La maladie de Basedow est une pathologie auto-immune thyroïdienne caractérisée par la production d’anti-corps dirigés contre le récepteur de la TSH responsables d’une hyperthyroïdie. Le traitement de la maladie de Basedow peut être radical d’emblée, conduisant à proposer après retour à l’euthyroïdie une destruction de la glande thyroïde chirurgicale ou par irathérapie. L’option la plus souvent choisie dans les pays européens consiste à tenter dans un premier temps un traitement par anti-thyroïdiens de synthèse (ATS) pendant 12 à 18 mois puis à proposer, dans un deuxième temps, le traitement radical aux 40 à 50 % des patients qui récidivent en hyperthyroïdie. Chez certains malades la réponse aux ATS est extrêmement rapide, ce qui a conduit à envisager la possibilité d’une rémission spontanée de la maladie de Basedow.

Deux cas de maladie de Basedow ayant spontanément guéri sont rapportés ici.

Dans les deux cas il s’agissait d’authentiques maladies de Basedow avec TSH ultra sensible indétectable, hyperfixation diffuse et homogène de la thyroïde à la scintigraphie, positivité des anticorps dirigés contre le récepteur de la TSH (TRAb). Ces deux patientes ont spontanément guéri en 6 mois avec normalisation du bilan thyroïdien et du taux des TRAb. Le tableau initial était caractérisé par une élévation modérée de la T4 libre restant inférieure à 3 ng/dl (1,8 fois la normale supérieure), une bonne tolérance clinique, une faible positivité des TRAb (< 4UI/l). Bien entendu il serait indispensable d’analyser une série plus importante de patients avant de pouvoir donner davantage de retentissement à ces résultats. Il serait de plus intéressant de connaître le devenir à long terme de ces patientes qui nous rappellent que l’histoire naturelle de la maladie de Basedow n’est pas linéaire.

Les mécanismes de rupture de tolérance au soi impliqués dans la genèse du processus auto-immun sont susceptibles d’être interrompus spontanément. L’intervention du « receptor editing » permettant aux lymphocytes B d’exprimer un récepteur antigénique différent, qui n’est pas autoréactif, est possible au sein des centres germinatifs. Lors des processus auto-immuns de tels centres germinatifs sont retrouvés au sein du tissu thyroïdien et pourraient expliquer un retour de la tolérance au soi.

L’histoire naturelle de la maladie de Basedow reste mal connue. La possibilité d’une régression spontanée doit être envisagée dans les formes mineures d’hyperthyroïdie.

 

Illustration : le docteur Carl von Basedow (1799-1854)

Dr Laurence Du Pasquier

Référence
Hidaka Y et coll : Spontaneous transient Graves’Thyrotoxicosis. Thyroid 2008 ;18:1133-1134.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article