Vaccination contre l’hépatite B à la naissance : combien de temps dure la protection ?

L’infection par le virus de l’hépatite B chez l’enfant n’entraîne pas d’hépatite aiguë dans plus de 90 % des cas mais les enfants demeurent porteurs chroniques et risquent, une fois adulte, cirrhose et carcinome hépatocellulaire. La vaccination à la naissance est efficace pour prévenir l’infection périnatale et de  la première enfance. Cependant, deux études récentes suggèrent un affaiblissement de l’immunité après 10 ans. Une recherche a été conduite en Micronésie où le taux d’infection des adultes par le virus B (VHB) est de 4 %.

 Parmi 237 sujets qui  avaient reçu 3 doses de vaccin recombinant dont la première à la naissance, 49 % avaient un taux d’anticorps anti-HBs ≥10 mIU/mL à 35 mois. A 15 ans, une recherche d’anticorps a été réalisée chez 105 d’entre eux. Huit (7,6 %) avaient des anticorps anti-HBc qui témoignaient d’une infection intercurrente ; aucun n’était porteur chronique. Parmi les 97 autres, seulement 7 avaient des concentrations d’anti-HBs ≥10 mIU/mL dont 3 étaient négatifs à 35 mois, ce qui suggère un contact avec un virus B. Parmi les 96 qui ont reçu une dose de rappel, 46 (48 %) ont eu une réponse anamnestique. La concentration d’anticorps a atteint 10 à 99 mIU/mL pour 17 et a dépassé 100 pour 29 d’entre eux. Les enfants qui avaient des anticorps anti-HBs ≥10 mIU/mL à 35 mois ont eu plus fréquemment une réponse anamnestique à 15 ans.

Au total,  aucun des participants n’était porteur chronique de VHB mais moins de 10 % avaient des anticorps anti-HBs ≥10 mIU/mL et seulement la moitié a eu une réponse anamnestique lors du rappel à 15 ans, suggérant un déclin de l’immunité. Ces résultats contrastent avec la présence d’anticorps chez plus de 60 % des enfants, 13 à 22 ans plus tard, lorsque la première vaccination a eu lieu après 6 mois et une réponse anamnestique dans 93 à 100 % des cas témoignant d’une immunité. S’il était décidé de faire un rappel durant l’enfance, les auteurs préconisent l’âge de 5 ans.

En conclusion, ce travail est intéressant pour les enfants vaccinés à la naissance. En France,  les nouveau-nés à risque sont concernés. Pour les autres, le calendrier vaccinal actuel préconise les injections à 2 et 4 mois avec rappel à 16-18 mois.

Dr Jean-Jacques Baudon

Référence
Bialek SR et coll. : Persistence of protection against hepatitis B virus infection among adolescents vaccinated with recombinant hepatitis B vaccine beginning at birth. Pediatr Infect Dis J 2008;27:881-85

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article