Conteneurs à aiguilles dans les pharmacies : bientôt une règle nationale ?

Paris, le jeudi 20 novembre 2008 – Il n’est pas rare que les pharmacies proposent aux patients de recueillir leurs déchets d’activité de soins à risque infectieux (DASRI) et notamment leurs aiguilles. Ce système est généralement plébiscité par les malades, à l’heure où un nombre croissant de personnes est concerné par la gestion de ces déchets en raison de la progression du diabète, mais également des nouvelles stratégies « d’auto-traitement » développées dans de nombreuses pathologies chroniques. Les initiatives locales ne sont cependant pas généralisées à l’échelon national et parfois les patients (et leurs pharmaciens) doivent faire preuve d’ingéniosité pour gérer ces déchets encombrants et particuliers. Après plusieurs années de revendications, un changement semble finalement en train de s’opérer. A l’occasion du Salon du diabète la semaine dernière, le ministre de la Santé, Roselyne Bachelot a en effet annoncé la signature prochaine d’un décret qui rendra obligatoire dans toutes les officines la mise en place d’un conteneur destiné à récupérer les DASRI. Si cette décision ne peut qu’être saluée par les associations de malades concernées, certains détails techniques restent encore à régler, concernant la gestion de la chaîne complète d’élimination des aiguilles et autres déchets infectieux. Le ministre a souligné à ce titre que des discussions encourageantes étaient actuellement en cours avec les industriels, les associations de patients et les syndicats de pharmaciens.

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Vous avez dit bizarre ?

    Le 22 novembre 2008

    Il était temps !
    Celà semblait ne concerner ni les municipalités (traitements des déchets) ni les pharmaciens !
    Et pourtant oui, les pharmaciens délivrent eux mêmes des conteneurs spéciaux aux patients diabétiques mais ... ne les reprennent pas une fois plein ...il en fait quoi alors ce patient/client de cette pharmacie ?
    Vous avez dit bizarre ?


    Irene Marilly,
    une infirmiere libérale gentille qui récupère des aiguilles qui ne la concernent pas, faute de solutions autres.


Réagir à cet article