Décollement de rétine : la myopie n’est pas le seul facteur de risque

Des auteurs italiens ont cherché à préciser les autres facteurs de risque de décollement rétinien chez les patients souffrant de myopie.

Pour ce faire, ils ont entrepris une étude cas-témoins, qui a inclus 61 patients myopes victimes d’un décollement de rétine traité chirurgicalement entre octobre 2000 et décembre 2001 dans le service d’ophtalmologie de l’Ospedale Maggiore de Bologne, et 99 témoins, myopes eux aussi, ayant consulté en ophtalmologie de janvier à septembre 2002. Cas et témoins ont répondu à un questionnaire visant notamment à préciser l’historique professionnel, en attachant une attention particulière aux activités nécessitant le soulèvement de charges de plus de 10 kg.

Chez les patients, (26 femmes et 35 hommes), âgés en moyenne de 56 ± 18 ans, la prévalence vie entière du soulèvement manuel de charges lourdes était de 57 %. Chez les témoins (49 femmes et 50 hommes), de 55 ± 15 ans d’âge moyen, cette prévalence était de 32 %. L’indice de masse corporelle (IMC) moyen était plus élevé chez les cas (25,4 ± 3,8 versus 23,5 ± 3,1).

Après ajustements sur l’âge et le sexe, l’analyse associe fortement au décollement de rétine, chez les sujets myopes, le fait d’avoir subi une intervention chirurgicale oculaire (62 % de ces interventions ayant été effectuées pour cataracte), un antécédent de traumatisme oculaire ou crânien, et l’existence d’une myopie sévère.

Outre ces facteurs de risque antérieurement décrits, l’étude relève aussi, une association entre décollement de rétine et soulèvement de charges lourdes au travail, avec un odds ratio, OR, de 4,4 (IC à 95 % 1,5-13) en comparaison des sujets ne soulevant pas manuellement de telles charges. Cette association persistait même après prise en compte de la myopie sévère, des antécédents de chirurgie oculaire et de traumatisme oculaire ou crânien.
Une association entre décollement rétinien et indice de masse corporelle (IMC) supérieur ou égal à 25,5, a été aussi mise en évidence (OR = 6,8 IC à 95 % 1,6-29), sans interactions détectées ni entre IMC et soulèvement de charge lourdes, ni entre IMC et chirurgie oculaire, ni entre soulèvement de charges lourdes et chirurgie de l’œil.

Le rôle du soulèvement des charges lourdes (tractions du vitré ? rétinopathie hémorragique récidivant à la manœuvre de Valsalva ?) et de l’excès pondéral (atteinte vasculaire liée au diabète, à l’HTA, à l’hyperlipidémie, associées au surpoids ?) dans la survenue d’un décollement de rétine chez les sujets myopes, mis en évidence dans cette étude, reste à préciser.

Dr Julie Perrot

Référence
Mattioli S et coll. : Physical exertion (lifting) and retinal detachment among people with myopia. Epidemiology 2008 ; 19 : 868-71.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article