AVC : bonne alimentation rime avec récupération !

La moitié des patients se présentant en centre de rééducation après un accident vasculaire cérébral (AVC) sont dénutris. Les raisons en sont variées : difficultés de déglutition, dépression, dépendance, augmentation des besoins énergétiques, etc... L’impact des apports nutritionnels est inconnu. Une seule étude a associé une augmentation du poids et une faible diminution de la mortalité chez les patients âgés, alors qu’une étude de grande ampleur réalisée chez plus de 4 000 patients avait été négative. Un travail qui vient d’être publié dans Neurology est plus encourageant en montrant un bénéfice fonctionnel. Cette équipe a évalué l’impact sur le score de dépendance d’un régime nutritionnel standard comparativement à un régime intensif chez 116 patients dans le cadre d’une étude randomisée en double aveugle monocentrique.

Les patients âgés en moyenne de 75 ans ayant perdu 2,5 % de leur poids au cours des 2 dernières semaines ont été randomisés 10 à 14 jours après l’AVC. Ils ont été évalués avec une échelle de dépendance, la Functional Independence Measure (FIM) et un test de 2 et 6 minutes de marche. Le régime se composait d’une alimentation classique et d’un supplément nutritionnel de 120 ml toutes les 8 heures. Dans le régime normal, le supplément nutritionnel contenait 127 calories dont 5 g de protéines et 36 mg de vitamine C, et dans le régime intensif, 240 calories dont 11 g de protéines et 9 mg de vitamine C.

Les patients ayant bénéficié du régime intensif ont amélioré leur subscore moteur (FIM) et des distances de marche au cours des tests de 2 et 6 minutes (p<0,002). Ces patients sont retournés plus rapidement que les autres à leur domicile : 63 % versus 43 % (p<0,05). En revanche, il n’a pas été noté d’amélioration du score cognitif.

En conclusion, cette étude confirme ce que l’on pourrait considérer comme une évidence à savoir qu’une bonne alimentation favorise la récupération après un AVC. Il est cependant utile de le rappeler car tous les services n’ont pas forcément à leur disposition une diététicienne ou des infirmières dévouées pour surveiller les apports réellement fournis au patient.

Dr Christian Geny

Référence
Rabadi MH et coll. : Intensive nutritional supplements can improve outcomes in stroke rehabilitation.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article