Trop de variations dans le recours à l’amputation abdominopérinéale pour cancer rectal… en Angleterre

Cette étude anglaise avait comme objectif d’évaluer les disparités de taux d’amputation abdominopérinéale (AAP) dans la prise en charge du cancer rectal en fonction des réseaux de cancérologie, des hôpitaux et des chirurgiens, en Angleterre entre 1998 et 2004 afin de déterminer si les éventuelles variations pouvaient être expliquées par des caractéristiques des patients comme le stade de la maladie, l’âge, le sexe ou le statut socioéconomique.

Il s’est agi d’une étude rétrospective en base de population, réalisée à partir de registres de cancer et de statistiques sur les comptes-rendus d’hospitalisation, et qui a concerné tous les intervenants du système anglais de santé impliqués dans la pris en charge du cancer rectal.

Au total 31 223 patients ayant eu un diagnostique de cancer rectal et pris en charge pour une chirurgie majeure dans le système de santé anglais ont été analysés.
Les taux de recours à l’AAP ont été évalués en fonction des caractéristiques des patients et de l’environnement de prise en charge.

On constate tout d’abord que le taux d’AAP a diminué de 30,5 % en 1998 à 23,0 % en 2004.
La probabilité de bénéficier d’une AAP était plus grande pour les hommes, les patients de faible niveau socio-économique, ainsi que ceux pris en charge par un chirurgien réalisant moins de 7 chirurgies par an pour cancer rectal.
Il y avait également une variation significative du taux d’AAP en fonction de la période, du chirurgien et de l’hôpital de prise en charge, indépendamment des caractéristiques du patient.

Cette étude met donc en évidence une diminution du recours à l’AAP pour la prise en charge du cancer rectal entre 1998 et 2004, avec des variations significatives, indépendamment des caractéristiques de la maladie elle-même.

L’objectif doit être de réduire ces disparités dans le recours à l’AAP, de façon à minimiser la perte de chance pour les patients, réduire le taux de colostomie et optimiser la prise en charge du cancer rectal.
Ces auteurs suggèrent que le taux d’AAP pourrait être utilisé comme indicateur national pour évaluer l’efficience de la prise en charge du cancer rectal.

Il serait certainement intéressant de comparer ces résultats à ce qui se fait en France

Pr Marc Bardou

Références
Morris E et coll. : Unacceptable variation in abdominoperineal excision rates for rectal cancer: time to intervene? Gut 2008; 57: 1690-1697

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article