21 cas d’overdose en 24 h en Ile de France : une alerte est lancée

Paris, le mercredi 21 janvier 2009 – Les services du Samu de Seine Saint Denis et du Val d’Oise, notamment dans les secteurs de Pierrefitte-sur-Seine, de Stains et de la cité du Clos Saint Lazare ont connu hier une journée de cauchemar. Après la découverte de premières victimes d’overdose d’héroïne à Pierrefitte-sur-Seine, les cas similaires se sont multipliés au cours de la journée, pour atteindre le chiffre inquiétant de 21 en moins de vingt quatre heures. Les toxicomanes concernés sont aujourd’hui toujours hospitalisés, dans un état souvent grave, mais le parquet de Bobigny assure que « leurs jours ne sont pas en danger ».

Alerte nationale

Quelle est la nature du produit nouvellement arrivé dans ces départements d’Ile-de-France ayant entraîné cette épidémie soudaine d’overdose ? Les services de l’Institut national de veille sanitaire (InVS) et de la Direction générale de la Santé (DGS) n’ont pas encore pu déterminer s’il on était face à une « héroïne fortement dosée ou contenant un produit particulièrement toxique ». Cependant, face au nombre de victimes, parfois découvertes sur la voie publique ou dans leur voiture, il était exclu d’attendre les résultats définitifs des analyses pour lancer une alerte nationale, comme l’a précisé Françoise Weber, directrice générale de l’institut de veille sanitaire. Les autorités n’excluent en effet pas que d’autres cas soient à déplorer dans les heures qui viennent et ce même dans d’autres départements. En effet, si les vingt et une victimes résidaient en Ile de France, un élargissement du périmètre concerné est à redouter, notamment parce que la cité du Clos Saint Lazare est connue pour être une « plaque tournante de drogue ».

Progression inquiétante de l’héroïne

La vigilance des autorités sanitaires est donc extrême et ces dernières ont tenu à rappeler à l’occasion de cette alerte : « les dangers inhérents à la consommation de ce produit et d’autres opiacés. Quelle que soit la voie d’administration, la consommation de ces substances seules ou en association avec d’autres drogues peut être mortelle » martèle la DGS. Ces overdoses surviennent dans un contexte de progression générale de la consommation d’héroïne en France. En août dernier, l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) avait tiré la sonnette d’alarme, soulignant que le recours à ce produit semble désormais concerner « un public nouveau et pas toujours averti de sa dangerosité ». En Ile de France, des saisies records ont été constatées ces derniers mois et notamment dans l’Oise.

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article