Défibrillateurs automatiques dans les lieux publics : un sujet que les pharmaciens prennent à cœur !

Paris, le jeudi 29 janvier 2009 – Depuis la publication le 4 mai 2007 d’un décret permettant l’utilisation par tous des défibrillateurs automatisés externes dans les lieux publics, la mise en place de ces dispositifs devrait être facilitée. On observe cependant encore un certain retard français en la matière, au regard notamment de la situation qui prévaut dans les pays anglo-saxons. Il semble aujourd’hui que les pharmaciens d’officine aspirent à changer la donne. Deux initiatives récentes mettent en effet du baume au cœur. Ainsi, le réseau Pharmavie, qui compte 800 officines dans tout l’Hexagone s’est lancé dans l’équipement de ses pharmacies en défibrillateur automatique. A l’automne 2008, trente établissements étaient déjà pourvus et l’objectif est de voir ces appareils installés dans toutes les officines Pharmavie à la mi-2009. Dans la Meuse, c’est l’opération développée par le syndicat départemental des pharmaciens qui retient l’attention. Son président Christophe Wilke et deux autres membres de l’organisation travaillent aujourd’hui à l’équipement des 67 officines meusiennes, à la sensibilisation et à la formation des pharmaciens du département. Dans cette perspective, un appel d’offres a été lancé afin d’obtenir un prix ne dépassant pas 1 500 euros l’appareil, tandis que le syndicat finance à hauteur de 25 % l’acquisition du défibrillateur par la pharmacie. Dans un département comme la Meuse où l’offre de soins se raréfie, l’initiative apparaît particulièrement louable. De façon générale, si elles étaient étendues à l’ensemble du territoire et des officines, ces opérations pourraient sauver peut être plusieurs dizaines de vies chaque année. Le docteur en pharmacie, Jean Occulti, avait en effet estimé lors d’une conférence sur ce sujet en 2007, que 100 à 250 arrêts cardiaques surviennent chaque année dans les officines françaises ou à proximité.

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article