Bcl-2 urinaire : un marqueur du cancer de l’ovaire ?

Le cancer de l’ovaire est la première cause de décès par cancer gynécologique, après le cancer du sein. Il reste longtemps silencieux et son pronostic est redoutable essentiellement du fait  d’une détection trop tardive, alors que les tumeurs ont déjà envahi le bassin ou essaimé des métastases à distance. Lorsque le diagnostic est posé quand la tumeur est toujours limitée à un ovaire ou même aux deux ovaires, les chances de guérison sont réelles avec une survie à 5 ans de l’ordre de 90 %. Il paraît donc particulièrement important de faire le diagnostic de cette affection aussi précocement que possible. Le dépistage pourrait apparaître comme une solution, mais actuellement on ne dispose pas d’un test fiable et les recherches dans ce sens se sont multipliées.

Il s’agit ici d’une étude qui avait pour objectif de déterminer si des taux élevés de Bcl-2 (Bcl-2 étant une protéine anti-apoptose) sont associés aux cancers de l’ovaire. Les taux de Bcl-2 ont été mesurés dans les échantillons urinaires par ELISA dans deux cohortes de femmes comprenant globalement 77 femmes en bonnes santé, 161 femmes souffrant de troubles gynécologiques bénins et 150 femmes présentant un cancer de l’ovaire. Les taux sériques de CA 125 ont été également évalués quand cela était possible.

Les taux de Bcl-2 urinaires sont apparus significativement élevés chez les femmes présentant un cancer de l’ovaire précoce ou avancé (respectivement : 2,60 ng/ml±2,23 et 3,58 ng/ml±1,55) par rapport aux femmes en bonne santé (0,59 ng/ml±0,61) et à celles atteintes de pathologies gynécologiques bénignes (1,12 ng/ml±0,79). Cette augmentation des taux de Bcl-2 en cas de cancer de l’ovaire s’observait quels que soient la taille, le stade, le type, le grade de la tumeur et l’âge des patientes. La sensibilité de la combinaison CA 125 - Bcl-2 urinaire était de 82 % pour les cancers de l’ovaire précoce et de 99 % pour les tumeurs avancées.

Ces données suggèrent que la détermination du taux urinaire de Bcl-2 seul ou combiné à d’autres marqueurs, pourrait jouer un rôle important dans le diagnostic et l’évaluation pronostique du cancer de l’ovaire. D’autres études devraient confirmer la place de Bcl-2 urinaire en tant que bio-marqueur du cancer de l’ovaire.

Dr Viola Polena

Référence
Anderson N et coll. : Urinary levels of Bcl-2 are elevated in ovarian cancer patients. Gynecol Oncol. 2009; 112: 60-67

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article