Les antipsychotiques sont dangereux chez les patients souffrant de maladie d’Alzheimer

Les antipsychotiques sont utilisés depuis de nombreuses années dans la maladie d’Alzheimer afin de réduire l’agitation  de ces patients. Leur impact sur la cognition et la motricité sont bien connus de tous mais peu de médecins ont vraiment perçu que ces substances augmentaient la mortalité. Il est vrai que peu d’études ont porté sur les conséquences des neuroleptiques d’ancienne génération.

C’est surtout après la publication d’une étude rapportant une surmortalité liée à l’utilisation d’un neuroleptique atypique, l’olanzapine, que cette problématique a été pointée. Une étude originale publiée dans Lancet Neurology confirme l’intérêt de sevrer les patients MA en neuroleptiques. La méthodologie utilisée est singulière car l’objectif principal était la survie des patients après arrêt des neuroleptiques.

Cent-soixante-cinq patients vivant en institution inclus dans cette étude ont été randomisés en 2 groupes ; un continuant son traitement neuroleptique et l’autre prenant un placebo. L’évaluation de la mortalité a été effectuée à 12 mois et par téléphone à 24 mois. La probabilité de survie était de 70 % (IC 95 % : 58–80 %) dans le groupe traité par neuroleptique versus 77 % (IC 95 % : 64–85%) dans le groupe sous placebo. Le risque relatif de décès est réduit dans la population et en intention de traiter  {hazard ratio =0,58 (IC 95 % : 0,35 à 0,95) et 0,58 (0,36 à 0,92].    Uniquement 7 des 64 patients sous placebo ont du être traités de nouveau par des neuroleptiques  pendant les 12 mois de suivi.

Les auteurs rappellent que 30 à 60 % des patients en institution sont sous neuroleptiques et que l’efficacité de ceux-ci n’a été démontrée qu’à court terme (6 à 12 semaines). Le risque de complications cérébrovasculaires et de décès comme le montre cette étude justifie de reconsidérer l’utilisation de ces substances chez les patients avec une MA.

Dr Christian Geny

Références
Clive Ballard The dementia antipsychotic withdrawal trial (DART-AD): long-term follow-up of a randomised placebo-controlled trial. Lancet Neurology 2009 ; 8 :151-157,

Antipsychotic drugs for dementia: a balancing act. Lancet Neurology 2009 ; 8 : 125

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article