Diabète gestationnel, une opportunité à saisir pour la prévention du diabète de type 2

La grossesse est caractérisée par une insulino-résistance relative et les femmes qui ne peuvent maintenir l’équilibre physiologique glycémique ont un diabète gestationnel. Dès 1964, il a été établi qu’un antécédent de diabète gestationnel conférait à la mère un risque accru de développer un diabète de type 2.

Dans le cadre de l’essai randomisé DPP (Diabetes Prevention Program), les résultats obtenus chez les femmes ayant un antécédent de diabète gestationnel (DG) ont été comparés à ceux des femmes dont les grossesses ne s’étaient pas accompagnées de perturbations glycémiques. On rappelle que l’essai DPP est un essai multicentrique ayant inclus des personnes avec une intolérance au glucose et qui a permis de comparer le bénéfice des mesures hygiéno-diététiques et de la metformine versus placebo pour prévenir l’évolution vers un diabète avéré.

Au total 2 190 femmes randomisées dans l’essai DPP, ayant donné naissance à au moins un enfant vivant ont pu fournir des informations concernant l’équilibre glycémique pendant leur grossesse : 350 avaient un antécédent de DG alors que pour 1 416 femmes, ce diagnostic n‘avait pas été porté.

Le niveau glycémique à l’entrée dans l’étude ne différait pas selon l’existence ou non d’un antécédent de DG. Chez les femmes ayant reçu un placebo, le fait d’avoir un antécédent de DG augmentait de 71 % le risque de développer un diabète de type 2. Parmi celles ayant un antécédent de DG, les modifications du style de vie et la metformine ont diminué de façon significative et comparable le risque de diabète avec une réduction de 50 % par rapport au placebo. Il suffirait de traiter 5 à 6 femmes ayant un antécédent de DG et une intolérance au glucose pendant 3 ans pour éviter un cas de diabète de type 2. Parmi les femmes n’ayant pas d’antécédent de DG on retrouvait comme dans l’étude globale, une supériorité des modifications du style de vie (réduction du risque de 49 % par rapport au placebo) par rapport à la metformine (réduction du risque de 14 % par rapport au placebo).

Pour un degré comparable d’intolérance au glucose, l’évolution vers un diabète avéré est plus fréquente en cas d’antécédent de diabète gestationnel. Chez les femmes ayant développé une intolérance au glucose dans les suites d’un diabète gestationnel, les modifications du style de vie et la metformine sont également efficaces pour prévenir l’évolution vers un diabète.

Dr Laurence Du Pasquier

Référence
Ratner RE et coll : Prevention of diabètes in women with a history of gestational diabètes : effects of Metformin and lifestyle interventions. J Clin Endocrinol Metab 2008; 93: 4774-4779.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article