Le stress comme facteur déclenchant du syndrome de Gougerot-Sjögren primaire ?

Le stress, quel que soit son origine, physique, chimique ou psychique pourrait intervenir dans la genèse de certaines maladies (hypertension artérielle, ulcères gastroduodénaux etc.) par le biais du système hypothalamo-sympatico-adrénergique. Sa participation en tant que déclencheur de maladies auto-immunes a été maintes fois proposée. Cependant, cette hypothèse n’a jamais été étudiée dans le syndrome de Gougerot Sjögren, maladie auto-immune caractérisée par une sécheresse oculo buccale résultant d’une infiltration lymphoïde des glandes exocrines.

Le syndrome de Sjögren (SS) survient préférentiellement chez la femme d’âge moyen et peut être primaire (SSP) ou associé à d’autres pathologies auto-immunes (syndrome de Sjögren secondaire). La cause de cette maladie est inconnue même si plusieurs étiologies génétiques, virale, hormonales et environnementales ont été envisagées.

Une équipe grecque a réalisé une étude contrôlée rétrospective dont le but était d'analyser le rôle d’événements stressants dans la genèse d’un SSP ainsi que les stratégies d’adaptation du sujet.

Quarante-sept malades avec un SSP ont été comparés à 35 malades avec un lymphome sans SSP (groupe contrôle malade) et à 120 sujets sains (groupe contrôle sain). Tous les participants ont rempli un questionnaire (questionnaire validé auparavant dans la population grecque) concernant les événements stressants vécus dans l’année précédente la maladie pour les malades, et l’entrée dans l’étude pour les sujets sains. Le contexte social, la qualité du soutien familial, les stratégies d’adaptation de l’individu aux situations de stress étaient également étudiées.

Les malades SSP ont rapporté un nombre significativement supérieur d’événements stressants avant l’entrée dans leur maladie, comparativement aux 2 groupes contrôles. L’événement le plus fréquent était la perte d’un être cher. Par ailleurs, les stratégies d’adaptation au stress étaient défectueuses et le soutien social faible dans le groupe SS comparativement aux groupes contrôles.

Le syndrome de Sjögren serait-il déclenché par un événement particulièrement stressant  et une mauvaise stratégie d’adaptation à ce stress ?

Dr Juliette Lasoudris-Laloux

Références
Karaiskos D et coll. : Stress, coping strategies and social support in patients with primary Sjogren’s syndrome prior to disease onset : a retrospective case-control study
Ann Rheum Dis 2009 ; 68 : 40-46.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Stress et syndrome de Sjogren

    Le 02 mars 2009

    Cet article est intéressant car il met l'accent sur le stress comme facteur déclenchant d'un syndrome de GS.
    Je signale, à ce propos, mon article suivant:
    J.R.HANNEQUIN,B.LUDES
    "Les rhumatismes inflammatoires, les traumatismes et le stress"
    Rev Fr Dommage Corp, 2001, 1, 27-33.
    Dr JR. HANNEQUIN
    jean.hannequin889@dbmail.com

Réagir à cet article