La trachélectomie radicale pour préserver la fertilité des jeunes patientes présentant un cancer du col invasif

La plupart des cancers invasifs du col utérin sont diagnostiqués à des stades précoces et souvent chez des patientes jeunes, en âge de procréer, qui souhaitent préserver leur fertilité.

La prise en charge des cancers du col de stade précoce dépend de la profondeur d’invasion et de la taille de la tumeur. La trachélectomie radicale permet de traiter de façon fiable, et dans certaines indications précises, les cancers (micro)invasifs du col utérin à un stade précoce, et elle permet aux jeunes patientes de préserver leur potentiel de fertilité. Elle consiste à retirer non seulement le col, mais aussi le paramètre et la partie supérieure du vagin, et elle peut être réalisée par trois voies: la voie vaginale, la voie abdominale et la voie laparoscopique. 

Il s'agit ici d'une étude réalisée à New York de décembre 2001 à juillet 2007, qui a concerné 43 patientes opérées d'un cancer du col utérin stade IB1, par traitement conservateur (trachélectomie radicale), et dont le but était de comparer les résultats chirurgicaux et pathologiques de la trachélectomie vaginale radicale (VRT) avec ceux de la trachélectomie abdominale (ART). Selon les auteurs, il s’agit de la première étude qui compare directement les résultats pathologiques de ces deux approches chirurgicales conservatrices.

Vingt-huit patientes ont subit une VRT et 15 une ART. L’âge moyen était de 30 ans dans le groupe VRT et de 34 ans dans le groupe ART. Les interventions ont été pratiquées dans le même institut et par les mêmes chirurgiens. Les taux de complications n’ont pas été significativement différents entre les deux groupes, et les types histologiques et le nombre des ganglions lymphatiques enlevés étaient similaires. La perte moyenne de sang a été plus importante dans le groupe ART, mais la différence n’est pas significative. Le temps opératoire moyen a été plus court dans le groupe ART (319’ vs 369’). Par contre, la longueur moyenne paramétriale était de 1,45 cm dans le groupe VRT et de 3,97 cm dans le groupe ART (p<0,0001). La résection des paramètres est importante pour exclure une éventuelle invasion de ceux-ci, pour prévenir les récurrences locales et pour obtenir des marges saines. Dans cette étude, 9 % du total des patientes présentaient des atteintes paramétriales, dont deux des ganglions lymphatiques paramétriaux positifs.

En conclusion, les résultats chirurgicaux et pathologiques de la trachélectomie radicale vaginale et de la trachélectomie radicale abdominale sont similaires.

Cependant, la résection paramétriale est significativement plus importante par voie abdominale que par voie vaginale, et cela pourrait avoir des implications cliniques importantes. La trachélectomie radicale abdominale pourrait constituer une approche conservatrice pour les femmes présentant des tumeurs plus larges, les patientes devant être prévenues des risques et des bénéfices de ce type d’intervention.

Dr Viola Polena

Référence
Einstein MH et coll. : Radical vaginal versus abdominal trachelectomy for stage IB1 cervical cancer: a comparison of surgical and pathologic outcomes. Gynecol Oncol. 2009; 112: 73-7.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article