Enthousiasme mesuré des patients pour les médicaments en accès libre dans les officines

Paris, le mercredi 18 mars 2009 – Six mois après l’entrée en vigueur d’un décret autorisant les pharmaciens à proposer en libre accès 217 médicaments vendus sans ordonnance et non plus uniquement derrière le comptoir, il était estimé que 30 % des officines avaient franchi le pas, comme le révélait au mois de janvier le Moniteur des pharmacies. A ce cheminement prudent, semble répondre un enthousiasme très mesuré des patients face à cette innovation. Avant la mise en place du dispositif, les Français observaient cette idée avec hostilité : un sondage réalisé en mars dernier par l’institut IPSOS avait en effet révélé que seuls 37 % des Français se montraient tout à fait ou plutôt favorables au libre accès de certains médicaments dans les pharmacies. Il apparaît aujourd’hui qu’un plus grand nombre de nos concitoyens est conquis, sans que les partisans soient cependant devenus grandement majoritaires. Ainsi, une enquête présentée la semaine dernière au salon du Medec et menée par le Groupe d’études et de recherche en marketing santé (GERMS) de l’Université Pierre et Marie Curie réalisée entre novembre 2008 et janvier 2009 auprès de 553 clients de pharmacies franciliennes ayant aménagé un rayon de libre accès révèle que la proportion de personnes séduites (50 %) est exactement similaire à la part de patients réticents. Ainsi, si les premiers voient dans le libre accès l’assurance d’un gain de temps, la possibilité de bénéficier de promotions ponctuelles ou encore celle de découvrir certains nouveaux produits, les seconds s’inquiètent pour leur part de la perte d’information qui pourrait faire le lit des surdosages et autres complications indésirables. On observe par ailleurs que quelle que soit leur position générale sur cette mesure, une grande majorité de patients continue à accorder une entière confiance aux pharmacies et la plupart (88 %) ont souligné l’importance à leurs yeux de pouvoir bien différencier les produits relevant de la parapharmacie et les médicaments. Soulignons à ce titre que l’obligation d’installer les médicaments délivrés sans ordonnance « dans un espace bien identifié et séparé des autres produits » figure dans le décret de juillet 2008.

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article