Hyperactivité traitée, croissance ralentie ?

Aux États-Unis, environ 9 % des garçons et 4 % des filles reçoivent un médicament psycho-stimulant visant (paradoxalement) à contenir leur « hyperactivité avec troubles de l’attention » (ADHD : attention deficit hyperactivity disorder). Mais si ce traitement est généralement efficace (sous réserve qu’on admette cet enracinement nosographique chez des enfants « agités et distraits »), la question d’éventuels effets latéraux reste ouverte.

Conduite par une équipe américano-canadienne chez des jeunes étiquetés « hyperactifs » selon les critères classiques incluant l’entrevue avec les parents (Parent Diagnostic Interview for Children and Adolescents) et l’échelle d’évaluation en classe de Conners(1), une étude longitudinale explore l’incidence possible du traitement sur le développement du cortex, en comparant des images par résonance magnétique réalisées à environ 4 ans d’intervalle (12,5 ans pour le premier scan et 16,4 ans pour le second). Enquête d’autant plus pertinente que des études randomisées ont montré l’incidence des psycho-stimulants sur un ralentissement de la croissance staturo-pondérale : pour la taille –1,3 cm/an ; et pour le poids entre –1,3 kg/an (pour des enfants d’âge préscolaire) à –2,5 kg/an (pour des enfants d’âge scolaire). Ces observations soulèvent la question de savoir, estiment les auteurs, « si des effets analogues peuvent concerner la croissance cérébrale » elle-même. Problème difficile, dans la mesure où, pour son propre compte, l’ADHD s’accompagne déjà, préalablement à tout traitement, d’une diminution de volume de la matière grise et de la matière blanche, en particulier dans certaines régions du cortex préfrontal.

Dans ce contexte délicat où l’apport de méta-analyses ultérieures sera sans doute précieux, les auteurs ne détiennent « aucune certitude sur l’association des traitements psycho-stimulants à un ralentissement de la croissance globale du cortex cérébral ».

(1) http://www.adhdtesting.org/conners%20rating%20scale.htm

Dr Alain Cohen

Référence
Shaw P et coll. : Psychostimulant treatment and the developing cortex in attention deficit hyperactivity disorder. Am J Psychiatry 166-1 : 58–63.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article