Moins de DMLA grâce aux vitamines B6, B9, B12

En France, près de 1 million de personnes de plus de 50 ans présentent une atteinte visuelle liée à une DMLA ( dégénérescence maculaire liée à l’âge), soit 1 personne sur 3 après 75 ans, et 1 personne sur 2 à partir de 80 ans. Trois milles nouveaux cas de « cécité légale » (acuité visuelle inférieure à 1/10ème) sont dus chaque année à cette pathologie. Dans les 2 formes, sèche ou humide, elle entraîne plus ou moins rapidement une perte de la vision centrale.

Des études épidémiologiques d’observation ont mis en évidence une association directe entre la concentration d’homocystéine dans le sang et le risque de DMLA. Cependant, les essais randomisés destinés  à déterminer l’influence d’un traitement pour réduire la concentration d’homocystéine dans la DMLA font défaut. L’objectif de cette étude américaine (Harvard et Bethesda) a donc été de suivre l’incidence de  la DMLA chez des patients traités par une association de pyridoxine (vitamine B 6), d’acide folique (vitamine B 9) et de cyanocobalamine (vitamine B 12).

Cet essai contrôlé randomisé en double aveugle contre placebo a inclus 5 442 patientes, professionnelles de santé, âgées de 40 ans ou plus, avec soit une maladie cardiovasculaire préexistante, soit 3 ou plus facteurs de risque cardiovasculaire. Cinq mille deux cent cinq patientes indemnes de DMLA à l’entrée dans l’étude ont finalement été retenues pour l’analyse. Les participantes ont été randomisées pour recevoir soit une association de vitamines B 6 (50 mg/jour), B 9 (2,5 mg /jour) et B 12 (1mg/jour), soit un placebo. Le critère de jugement principal a été la survenue d’une DMLA totale, rapportée par la patiente et confirmée par la preuve médicale d’un diagnostic initial après randomisation, et l’existence d’une DMLA avec atteinte visuelle significative, définie comme une DMLA incidente avec une acuité visuelle de 2 ou 3/10ème ou plus.

Après un traitement et un suivi de 7,3 ans en moyenne, 55 cas de DMLA ont été recensés dans le groupe recevant l’association de vitamines B et 82 dans le groupe placebo ( risque relatif : 0,66, intervalle de confiance à 95 % : 0,47-0,93, p = 0,02). En ce qui concerne les DMLA avec atteinte visuelle significative, 26 cas ont été relevés dans le groupe sous vitamines B  et 44 dans le groupe placebo (risque relatif : 0,59, IC 9 5% : 0,36-0,95, p = 03).

Cet essai clinique randomisé ayant inclus une cohorte importante de femmes de plus de 40 ans à haut risque de maladie cardiovasculaire montre donc qu’un traitement quotidien associant des vitamines B 6, B9, B 12 sur longue durée peut réduire le risque de survenue d’une DMLA.

Dr Serge Brugier

Références
Christen WG et coll : Folic Acid, Pyridoxine and Cyanocobalamin Combination Treatment and Age-related Macular Degeneration in Women.
Archives Int Med, Vol 169 (N°4), Feb 23, 2009

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article