A réviser : les critères du diagnostic de l’autisme

« Il n’y a pas ‘‘un autiste’’, ‘‘un schizophrène’’ ou ‘‘un dépressif’’, mais un être humain dont la vie est bouleversée par l’autisme, la schizophrénie ou la dépression. L’objectif ultime de toute démarche diagnostique n’est pas de stigmatiser un individu par une étiquette, mais de reconnaître en lui la présence d’une maladie ou d’un trouble qui guidera notre approche thérapeutique et nos efforts de prévention ». Ces propos humanistes émanent de Karen Toth et Bryan H. King, deux auteurs répondant aux commentaires d’un confrère dans la rubrique des Lettres à l’éditeur de l’American Journal of Psychiatry, à propos d’un article antérieur sur le syndrome d’Asperger (affectant ceux qu’on appelle parfois « autistes de haut niveau »).

L’une des difficultés concernant l’autisme porte sur le diagnostic de « l’autisme atypique ». Or paradoxalement, la majorité des personnes avec autisme relèveraient d’un autisme dit atypique : comment expliquer alors que « le diagnostic dominant renvoie à un tableau ne cadrant pas parfaitement avec le schéma classique » ? Pour les auteurs, cette aporie serait levée par une conception pluridimensionnelle de la nosographie, envisagée par certains pour la refonte prochaine du DSM (DSM-V).

Conception incluant plusieurs critères spécifiques, comme l’efficience intellectuelle et le développement du langage. Et un diagnostic ne doit jamais être figé ad vitam : catalogué « autiste » à une époque, un enfant peut montrer des signes d’amélioration remarquable au fil des ans, pouvant alors lui permettre de changer de catégorie nosographique pour traduire cette évolution. À propos de ces difficultés à différencier l’autisme des autres troubles envahissants du développement, il faut rappeler que, dans le sillage du « plan autisme » (2005-2006)[1], se développent désormais en France des centres de ressources sur l’autisme (un par région) permettant de préciser ce diagnostic.

[1] http://www.sante.gouv.fr/htm/actu/autisme2005/autisme2005.pdf      

Dr Alain Cohen

Références
Hoffman L : Asperger’s syndrome and autistic disorder : clearly differentiating the diagnostic criteria. Am J Psychiatry 2009 ; 166-2 : 235.
Karen Toth & Bryan H. King : Drs Toth & King Reply. Am J Psychiatry 2009 ; 166-2 : 235-236.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article