Dysfonction érectile traitée, patients moins stressés !

Le nombre de patients concernés par des troubles de l’érection augmente constamment : de 150 millions en 1995, il devrait  atteindre 322 millions en 2025.

S’accompagnant de manifestations psychiques ou psychiatriques à type de dépression, de perte de l’estime de soi, de stress, ces troubles constituent également un facteur de risque indépendant d’évènements cardiovasculaires ultérieurs. De plus le stress, lié à la dysfonction érectile, peut en lui-même favoriser la survenue d’une maladie coronarienne en présence de facteurs de risque vasculaire.

Cette étude italienne (Université de l’Aquila) a eu pour but de déterminer l’effet de la prise en charge des troubles de l’érection et des facteurs de risque vasculaire sur le stress (par auto-évaluation) ainsi évidemment que sur la fonction érectile et la qualité de la vie sexuelle.

Trente-six hommes ont donc été randomisés pour recevoir pendant 4 semaines soit 20 mg de tadalafil tous les 2 jours soit un placebo. Avant et après traitement les patients ont été soumis au questionnaire de vie sexuelle SHIM (Sexual Health Inventory for Men), aux questions 1 à 3 du questionnaire de satisfaction dans la vie sexuelle ( Life Satisfaction), et à un inventaire explorant les dimensions psychologiques, la SCL 90-R ( Symptom Check List 90-R).

Par rapport à l’entrée dans l’étude et en comparaison des patients sous placebo, le score SHIM s’est amélioré sous tadalafil (F = 10,38 ; p = 0,003). La satisfaction sexuelle a été significativement améliorée par le tadalafil mais aussi par le placebo. Cependant une corrélation fortement positive a été observée entre les scores SHIM et de satisfaction sexuelle sous tadalafil (r = 0,59 ; p = 0,0003) mais pas sous placebo (r = 0,22 ; p = 0,189).

En ce qui concerne la dimension psychologique, les troubles de ce type ont été modifiés significativement dans les 2 branches de l’étude, encore qu’un effet spécifique du tadalafil en comparaison du placebo ait été observé pour la sensibilité interpersonnelle (F = 4,48 ;
p = 0,042). Les troubles obsessifs compulsifs (TOC) , l’anxiété, la dépression, le psychoticisme ont été significativement amélioré dans les 2 groupes bien que cette amélioration ait été toujours plus significative avec le tadalafil.

Ces données préliminaires, suggèrent donc qu’un traitement court inhibant la phosphodiestérase de type 5 réduit le stress des patients présentant des troubles de l’érection et des facteurs de risque vasculaire et améliore la qualité de leur vie sexuelle.

Dr Serge Brugier

Références
Bocchio M et coll : Treatment of erectile dysfonction reduces psychological distress
Int J Androl, 2009; 32, 74-80

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article