Dossier médical informatique : les bons élèves prêts à aider les moins bons

Paris, le mercredi 8 avril 2009 – Face au succès remporté par le dossier pharmaceutique (DP) informatisé, qui est régulièrement l’objet de bilans satisfaisants établis par son principal instigateur, l’Ordre des pharmaciens, on ne pouvait manquer de se demander pour quelle raison la mise en place de son pendant, le dossier médical personnalisé (DMP) a pour l’heure connu un si grand échec ? Plus encore, certains s’interrogent sans doute sur l’absence de correspondance entre les deux systèmes : comment les promoteurs de l’un n’ont-ils pas eu l’idée de prendre exemple sur l’autre ? Cette question semble avoir également traversé l’esprit des représentants de l’Ordre des pharmaciens, qui y ont répondu sans ambages et de façon très magnanime en annonçant il y a quelques jours qu’ils étaient tout à fait disposés à partager l’identifiant permettant l’accès au DP avec les concepteurs du futur DMP. Aujourd’hui, les pharmaciens ne peuvent accéder au dossier d’un patient qu’en présence de celui-ci, de sa carte Vitale (mais le numéro de sécurité sociale n’est pas suffisant) et de la carte professionnel de santé du professionnel. Fort de ce dispositif qui semble avoir fait ses preuves en matière de sécurité, l’Ordre considère que « l’usage de cet identifiant unique faciliterait la coordination des soins entre professionnels de santé. Il serait également une source importante d’économies pour la collectivité ». Ce n’est cependant pas seulement autour de la question du sésame pour accéder aux dossiers médicaux informatiques que l’Ordre se déclare prêt à partager son expérience (et ses données) avec les artisans du DMP. Il propose également que le pharmacien puisse au moment où il obtient l’accord d’un patient pour créer un DP, rechercher également son consentement en vue de l’ouverture d’un DMP. En outre, de façon plus générale, l’Ordre indique être tout à fait disposé à siéger au sein de « la gouvernance de la future Agence des systèmes d’information de santé partagés ». Quel regard les promoteurs du DMP porteront-ils sur cette généreuse offre d’aide ? Réponse peut-être demain à l’occasion de la conférence publique que donneront au ministère de la santé Michel Gagneux, président du groupement d’intérêt public chargé de la mise en place du DPM (GIP-DMP) et Jean-Yves Robin directeur du GIP-DMP en présence du ministre de la Santé. Cette journée entière d’information doit être l’occasion de présenter le programme et le calendrier du plan de relance du DMP.

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article