Si vous voulez échapper à la maladie d’Alzheimer, abandonnez l’hamburger-frites !

Le régime crétois ou méditerranéen a déjà fait couler beaucoup d’encre dans la presse grand public en raison de son effet bénéfique cardiovasculaire. Il se caractérise par une alimentation riche en poissons, légumes, fruits, céréales, graisses insaturées (huile d’olive), pauvre en produits laitiers, viandes, graisses saturées et associée à une faible quantité d’alcool. Certaines études épidémiologiques en population ont aussi montré l’influence favorable de ce type de régime sur l’incidence de la maladie d’Alzheimer (MA). D’autres travaux ont essayé de préciser le rôle respectif des différentes catégories alimentaires (poisson, fruits) mais leurs résultats ont été parfois contradictoires.

L’étude Washington Heights-Inwood Columbia Aging Project (WHICA)  a porté sur 2 cohortes de sujets âgés vivant dans 3 zones géographiques de Manhattan suivies depuis 1992 et 1999. Ceux-ci ont bénéficié d’un bilan neuropsychologique et d’une évaluation de leurs habitudes alimentaires L'adhésion au régime méditerranéen a été évaluée avec une échelle semi-quantitative de 0 à 9. Les facteurs confondants tels que l'âge, l'origine ethnique, le sexe, le niveau culturel, le génotype de l'ApoE, l'apport calorique, l'indice de masse corporelle et le délai entre l'évaluation du régime à l'inclusion et le diagnostic ont été  contrôlés dans l’analyse statistique.

Parmi les 1 393 volontaires sans trouble cognitif à l’inclusion 275 ont développé des troubles compatibles avec un mild cognitive impairement (MCI) au cours d’un suivi moyen de 4,5 ±2,7 ans (0,9-16,4 ans). La population a été répartie en «3 groupes selon leur degré d’adhésion au régime méditerranéen. Le risque d’évolution vers un MCI est apparu diminué de 28 % pour ceux qui appartenaient au tertile supérieur (HR = 0,72 ; p = 0,05 par rapport au tertile inférieur).

Cent six des 482 sujets présentant un MCI à l’inclusion ont évolué vers une MA au cours d’un suivi moyen de 4,3 ± 2,7 ans (1-13,8 ans). Là encore, le risque de passer du stade MCI à une MA est apparu plus faible dans le groupe le plus fidèle au régime méditerranéen. Par comparaison aux sujets avec les habitudes alimentaires les plus éloignées du régime méditerranéen, les sujets dans le tertile supérieur avaient un risque de convertir en maladie d'Alzheimer diminué de 48 % (HR = 0,52 ; p = 0,02). 

Cette étude démontre le bénéfice en terme de prévention de la MA du régime méditerranéen. Mais sera-t-elle suffisante pour convaincre les américains d’abandonner leur hamburger-frites au profit d’une salade crétoise ?

Dr Christian Geny

Référence
Scarmeas N et coll. : Mediterranean Diet and Mild Cognitive Impairment Arch Neurol 2009 ; 66(2) :216-225

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article