Sclérose en plaques et sclérodermie : est-ce une coïncidence ?

Une étude parue dans Lancet Neurology en 2007 rapportait une  prévalence accrue de syndrome de Gougerot Sjögren et de connectivites chez les malades souffrant d’une sclérose en plaques (SEP). Par ailleurs, d’autres travaux ont signalé l’association possible entre SEP et sclérodermie systémique sans que l’on puisse préciser le mécanisme sous jacent : simple coïncidence, prédisposition génétique au développement de maladies auto-immunes ou encore pathologie induite par l’interféron bêta, utilisé  pour le traitement de la SEP et qui semble lui-même pouvoir « contribuer » à l’apparition de maladies auto immunes telles que dysthyroïdie ou syndrome de Raynaud.

Une équipe suisse tente de répondre à ces questions et expose 3 cas cliniques de malades souffrant d’une SEP et ayant développé des lésions cutanées sclérodermiformes sous interféron bêta. Une revue de la littérature leur a également permis d’identifier 9 cas de SEP associée à une sclérodermie systémique.

Parmi ces 12 malades, 8 avaient des lésions cutanées sclérodermiformes, 3 une sclérodermie systémique et 1 un syndrome des anti-synthétases. Aucun cas de sclérodermie localisée de type Morphée n’a été constaté.

La moyenne d’âge  à l’installation de la SEP était de 25,2 ans et de 38,3 ans pour la sclérodermie systémique

Chez 11 malades sur les 12, l’apparition de la SEP avait précédé celle des manifestations cutanées. Cinq malades seulement avaient reçu un traitement par interféron bêta, débuté en moyenne 4,6 ans avant l’apparition des lésions de sclérodermie. Il n’y avait pas de relation entre l’apparition de la sclérodermie et l’activité ou la gravité de la sclérose en plaques.

Des lésions cutanées sclérodermiques peuvent donc survenir dans l’évolution d’une SEP. Leur apparition à un âge relativement jeune par rapport aux constatations faites dans de larges études de cohortes (cohorte EUSTAR)  fait suggérer aux auteurs de l’article  une prédisposition génétique et/ou un effet secondaire de l’interféron bêta.

Dr Juliette Lasoudris Laloux

Référence
Hügle T et coll. : Sclerosing skin disorders in association with multiple sclerosis. Coincidence, underlying auto immune pathology or interferon induced ? Ann Rheum Dis., 2009; 68 : 47-50

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article