La Troponine T est un facteur pronostique à long terme chez les patients admis en réanimation pour hémorragie digestive

Malgré les avancées thérapeutiques récentes, les patients admis en réanimation pour hémorragie digestive gardent une mortalité non négligeable, 8-10 %. Les pathologies cardiaques représentent 30 % des causes de décès chez les patients ayant survécu à une hémorragie digestive. Le but de cette étude était d’évaluer la valeur pronostique à court et long terme de la Troponine, chez les patients admis en réanimation pour hémorragie digestive.

Une équipe de la Mayo Clinic, USA, a mené une étude rétrospective, monocentrique, entre Août 2000 et Juillet 2005, incluant tous les patients admis consécutivement pour hémorragie digestive en réanimation. Les données cliniques, indices de gravité (Score APACHEIII), et les dosages de Troponine T, ont été collectées. Les facteurs prédictifs de mortalité à court terme (Mortalité hospitalière à 30 jours) et à long terme (2 ans) ont été étudié en analyse univariée puis en analyse multivariée (modèle de Cox). Le seuil de positivité retenue pour la Troponine, établie à partir des courbes ROC a été de 0,01 microg/l.

Durant la période étudiée, 1 076 patients ont été admis pour hémorragie digestive. La Troponine T a été dosée chez 754 patients (70,1 %), précocement dans les six premières heures le plus souvent. La Troponine était élevée chez 329 patients (32,2 %). Pour la mortalité hospitalière, en analyse univariée, le taux de Troponine était associé significativement avec une augmentation de la mortalité.  Mais après ajustement avec les scores de gravité en analyse multivariée la Troponine n’influe plus sur la mortalité. Par contre, pour la mortalité à long terme, le taux de Troponine est un facteur indépendant, même après ajustement avec les autres facteurs pronostiques ; les décès à long terme étant majoritairement d’origine cardiovasculaire.

Parmi les critiques de l’étude, son caractère rétrospectif et unicentrique à l’origine d’un biais statistique et d’une probable surestimation de la positivité de la Troponine T. Les points forts sont le nombre important de patients inclus et la rigueur statistique. Il n’est pas exclu qu’une étude prospective avec des mesures sériées puisse aboutir à des résultats différents, notamment pour ce qui est de la mortalité hospitalière. Néanmoins, les taux de la Troponine permettent d’identifier une sous population de patients à haut risque cardiovasculaire et qui nécessiteront probablement des investigations cardiovasculaires.

Cette étude montre que le taux précoce de la Troponine T est un facteur indépendant de survie à long terme chez les patients admis en réanimation pour hémorragie digestive. La valeur pronostique de la Troponine mérite d’être étudié en prospectif et multicentrique. En attendant, les patients admis en réanimation pour hémorragie digestive et ayant eu une augmentation de Troponine T, indépendamment du statut cardiologique sous-jacent, mériteraient des investigations et un suivi cardiologique spécifiques.

Dr Karim Chadda

Référence
Vasile VC et coll. : Long-term prognostic significance of elevated cardiac Troponin levels in critically ill patients with acute gastrointestinal bleeding. Critical Care Medicine 2009 ; 37 : 140-147.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article