Le cerveau est un ordinateur comme les autres

Paris, le vendredi 22 mai 2009 – Le développement d’interfaces « cerveau-ordinateur », c’est-à-dire de logiciels capables de transcrire l’activité électrique de la pensée en signaux informatiques est devenu ces dernières années un objet de recherche particulièrement plébiscité. La France connaissait cependant un certain retard en la matière. Ce n’est en effet qu’en 2005 qu’a été mis en place le premier véritable projet dans ce domaine, grâce à l’impulsion conjointe de l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (INRIA), de l’INSERM, du Centre de l’énergie atomique (CEA) de l’Association française contre les myopathies, du Groupement d'intérêt public santé animale et du département recherche et développement de France Télécom. Financièrement, ce programme a été soutenu par l’Agence nationale de la recherche. De ce partenariat est né le logiciel OpenVIBE, présenté au public la semaine dernière.

Six étapes pour diriger un ordinateur par la pensée


Fruit de la recherche française, OpenVIBE est à l’instar de ses modèles américains et européens une ICO (interface cerveau ordinateur) « qui permet à son utilisateur d’envoyer des commandes à un ordinateur ou à une machine directement à partir de son activité cérébrale », explique le site internet de l’INRIA, baptisé « interstices ». Pour mesurer l’activité cérébrale, un électroencéphalogramme est tout d’abord utilisé. Après cette étape initiale, les signaux électriques cérébraux connaissent un premier traitement : ils sont « filtrés », ces derniers sont en effet fréquemment « très bruités ». Puis le logiciel, procède à « l’extraction des caractéristiques des signaux » : seules les « informations utiles » vont être conservées. Dans une quatrième étape, les signaux sont classés, avant qu’à chacun d’entre eux soit associée une action précise (lancer un ballon, avancer, reculer…). Enfin, existe un système de « retour perceptif », qui va permettre à l’utilisateur d’avoir une meilleure notion du « résultat de sa commande mentale », ainsi pourra-t-il apprendre à mieux maîtriser le système.

Bienvenue dans la troisième dimension


Un dispositif tel qu’OpenVibe peut connaître des applications multiples, de l’exploration du monde virtuel des jeux vidéos à l’assistance aux personnes handicapées. Déjà, lors du dévoilement du système a été présenté comment le logiciel pouvait permettre d’écrire un texte, par la seule force de la pensée. Si le logiciel français a été précédé par de nombreuses autres interfaces similaires, les travaux des chercheurs hexagonaux ont contribué à plusieurs avancées. Ainsi, OpenVIBE a-t-il participé à développer de « nouvelles techniques d’analyse et de filtrage des données et des signaux cérébraux, qui permettent d’améliorer globalement les performances des interfaces cerveau/ordinateur. Ces nouvelles techniques ont démontré qu’elles amélioraient fortement les taux de reconnaissance des activités mentales ». On retiendra également que le logiciel français opère une transition très importante entre « une approche traditionnellement en deux dimensions » et une approche en 3D « qui propose désormais de reconstruire en temps réel toute l’activité cérébrale à l’intérieur du crâne ». Aujourd’hui, les chercheurs, qui permettent un téléchargement gratuit et en accès libre du logiciel, continuent à développer leur système et tentent notamment d’en améliorer encore l’ergonomie et la facilité d’utilisation.

Pour voir la vidéo de présentation d’OpenVibe, recopiez ce lien dans votre navigateur :  http://interstices.info/jcms/c_45638/openvibe-un-logiciel-pour-les-interfaces-cerveau-ordinateur



A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article