Des acides gras poly-insaturés plutôt que mono-insaturés pour prévenir les maladies coronariennes

Il est bien connu que la consommation d’acides gras saturés (AGS) augmente la concentration des LDL dans le plasma et les recommandations des nutritionnistes sont donc de réduire ce type de graisses pour prévenir les maladies coronariennes. Cependant, pour maintenir l’équilibre énergétique, la réduction de la consommation d’AGS nécessite la substitution de ceux-ci par d’autres nutriments.

Des nutritionnistes et scientifiques danois, américains, suédois, israéliens et finlandais se sont rassemblés pour analyser les données de 11 études de cohorte américaines et européennes. Les associations entre les risques de maladies coronariennes et les consommations énergétiques provenant des acides gras mono-insaturés (AGMI), des acides gras poly-insaturés (AGPI) et des hydrates de carbone, ont été étudiées en tenant compte du rôle potentiel du sexe et de l’âge. Le but était de préciser (en utilisant des modèles de substitution) si un apport énergétique à partir d’acides gras non saturés (AGMI et AGPI) ou d’hydrates de carbone à la place des acides gras saturés (AGS) permettait de prévenir les maladies coronariennes.

Durant 4 à 10 ans de suivi, 5 249 évènements coronariens et 2 155 décès d’origine coronaire sont survenus sur un total de 344 696 personnes enrôlées dans les 11 cohortes. Pour une diminution de 5 % de l’apport énergétique à partir des AGS et une augmentation concomitante de 5 % de l’apport énergétique à partir des AGPI, une association inverse significative entre la consommation d’AGPI et le risque d’évènements coronariens a été retrouvée : Risque Relatif RR: 0,87, intervalle de confiance à 95 % : 0,77-0,97. Pour les décès d’origine coronaire, le RR était de 0,74 (IC 95 % : 0,61-0,89).

Pour une diminution de 5 % de l’apport énergétique à partir des AGS et une augmentation concomitante de 5 % de l’apport énergétique à partir d’hydrates de carbone, une association directe modestement significative entre la consommation d’hydrates de carbone et les évènements coronariens a été retrouvée : RR 1,07, IC95 % : 1,01-1,14. Pour les décès d’origine cardiaque le RR était de 0,96 (IC95 % : 0,82-1,13). La consommation des acides gras mono-insaturés (AGMI) n’a pas été associée avec les événements coronariens et aucune influence du sexe et de l’âge n’a été identifiée.

Cette analyse suggère donc que le remplacement des acides gras saturés par les acides gras poly-insaturés plutôt que par les acides gras mono-insaturés ou les hydrates de carbone peut jouer un rôle dans la prévention des maladies coronariennes.

Dr Serge Brugier

Référence
Jakobsen MU et coll.: major types of dietary fat and risk of coronary heart disease: a pooled analysis of 11 cohort studies. Am J Clinical Nutr., 2009; 89: 1425-1432, May 2009

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article