Il n’est plus fou du tout de manger de la viande rouge

Paris, le jeudi 28 mai 2009 – A la fin du siècle dernier, on compta parmi les maladies silencieuses les plus redoutées, le nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt Jakob, forme humaine de l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) qui se transmet à l’homme par la consommation de viandes contaminées par le prion. Les plus inquiets allèrent même jusqu’à bannir de leurs assiettes steaks, rosbif et autres mets à base de viande bovine. Aujourd’hui, ces précautions (déjà souvent oubliées) n’ont plus lieu d’être, selon l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE). Alors que cette agence onusienne tient sa 77ème assemblée générale à Paris cette semaine, son directeur, Bernard Vallat a en effet annoncé hier que devrait être bientôt déclarée sans « aucun risque » au regard de la maladie dite de la vache folle « la viande issue des muscles squelettiques des bovins abattus dans des conditions d’hygiènes strictes » et ce quel que soit le pays d’origine de l’animal. Outre le muscle squelettique, qui correspond à ce que l’on désigne comme « la viande rouge », l’OIE se montre également particulièrement confiante quant à l’innocuité de la gélatine « compte tenu de ses conditions de fabrication ». Aussi, dans les pays où demeurait interdite la production de gélatine à partir d’animaux de plus de trente mois, ces mesures devraient être levées. La réunion de l’OIE a été porteuse de plusieurs autres bonnes nouvelles et notamment l’annonce de l’éradication probable de la peste bovine l’année prochaine. « Ce sera la première fois qu’une grande maladie animale sera éradiquée grâce à la solidarité de la communauté internationale » s’est félicité Bernard Vallat.

 

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article