Trancher entre adénome oncocytaire et cancer du rein : la TDM n’y suffit pas !

L’adénome oncocytaire du rein (AOR), ou oncocytome rénal, est la tumeur bénigne la plus fréquente du rein, et compte pour environ 3 à 7 % des tumeurs rénales. Le diagnostic est souvent posé en postopératoire sur la pièce d’exérèse, l’intervention étant réalisée pour une suspicion de cancer du rein. Pouvoir distinguer avant la chirurgie, l’AOR d’une tumeur maligne, notamment en imagerie, serait cependant particulièrement intéressant  car les petits AOR pourraient alors bénéficier d’un traitement conservateur (d’autant que le taux de récidive est faible) et les plus grandes tumeurs d’une néphrectomie partielle.

L’équipe de S Choudhary s’est attelée à une relecture des images tomodensitométriques (TDM) de 21 patients opérés d’un AOR, confirmé par l’histologie, entre mai 2001 et octobre 2007 pour rechercher des aspects qui pourraient être caractéristiques de la bénignité des tumeurs détectées à la TDM.

Parmi les 21 patients, 11 étaient des femmes, d’un âge moyen de 65,9 ans (de 40 à 80 ans). La taille des tumeurs variait de 1,2 à 12 cm de diamètre (diamètre moyen de 4,9 cm). Les auteurs ont constaté que toutes ces tumeurs prenaient le contraste. La prise de contraste était isodense par rapport au cortex rénal dans 18 tumeurs (64,3 %) et hypodense dans 10 tumeurs (35,7 %). Pour trois lésions (10,7 %), on retrouvait une cicatrice stellaire centrale bien définie à la TDM et qui a été confirmée par l’histologie. Ce n’était pas le cas pour deux autres lésions (7,1 %) où la cicatrice stellaire identifiée à l’histologie, n’était pas visible sur la TDM. La taille des cicatrices stellaires centrales observées sur les TDM était variable, de 10 à 29 mm de diamètre. Par ailleurs dans 22 cas (78,6 %) aucune cicatrice stellaire n’était détectée ni à la TDM ni à histologie. Enfin, il n’a pas été observé de lymphadénopathie régionale ni de métastase à distance chez aucun des patients.

L’adénome oncocytaire du rein est typiquement décrit comme étant une tumeur bénigne hypervascularisée et homogène, comportant une cicatrice stellaire centrale à la TDM. La présente étude démontre que ces caractéristiques ne sont retrouvées à l’imagerie que pour un nombre restreint de tumeurs. De ce fait, la TDM seule ne peut être retenue comme un moyen de différencier les adénomes bénins de cancers rénaux, le dernier mot revenant à l’anatomopathologie.

Dr Georges Dubois

Référence
Choudhary S et coll. : Renal oncocytoma: CT features cannot reliably distinguish oncocytoma from other renal neoplasms. Clin Radiol 2009; 64: 517-522.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article