Grippe A (H1N1) : les voyageurs trinquent

Paris le 25 juin. La grippe A (H1N1) s’installe dans les établissements scolaires. 35 élèves ont été touchés par le virus de la grippe A (H1N1) à Paris, Châtillon et Créteil. 30 enfants sont touchés dans l'école Cardinal Amette (Paris XVème) et dans l'école voisine, Dupleix; écoles d'ailleurs fermées jusqu'à lundi… pour une fermeture définitive mercredi à l’occasion des vacances scolaires !

Mais contrairement à Paris, où la première élève du 15ème arrondissement rentrait de Grande Bretagne, et à Châtillon ou le premier élève touché revenait d’un voyage scolaire au Canada ; à Créteil, aucun des enfants infectés n’avait été à l'étranger. On ne connaît donc pas encore l'origine de la contamination.
Mais là encore, les autorités ne réagissent pas toujours de la même façon. A Châtillon, l’établissement n’a pas été fermé, même si les élèves revenant du Canada sont tous soignés préventivement.

D’une manière générale, les nouvelles sont plutôt rassurantes et tous les enfants sont sous traitement et se portent bien.

« Cloîtré avec ma copine »

Dans la série des transmission aux voyageurs, l’équipe de rugby des Barbarians français est revenue dimanche d’une tournée en Argentine avec la grippe A dans ses bagages. Une grande majorité du collectif (23 joueurs plus l’encadrement) a apparemment contracté le virus A (H1N1). Avec l’hiver qui s’installe dans l’hémisphère sud, l’Argentine est particulièrement touchée. «Dans l’avion, au retour d’Argentine, j’ai ressenti les mêmes symptômes que pour une grippe classique, raconte Geoffroy Messina, le trois-quarts centre du Stade Français. Dès mon arrivée, je suis parti en vacances à Montpellier, et j’ai appris par téléphone que d’autres joueurs avaient la grippe A. On m’a confirmé à l’hôpital que je l’ai aussi. Depuis, je suis sous Tamiflu, cloîtré avec ma copine jusqu’à la fin de semaine, et obligé de porter un masque. Ça va déjà beaucoup mieux. Toute notre équipe, comme celle des Argentins, doit être atteinte. Au bord du terrain, on partage les mêmes bouteilles d’eau. Samedi soir, on a fait la fête ensemble… »

Les analyses du deuxième ligne toulousain Grégory Lambolley, l’un des premiers à ressentir des frissons, ont également confirmé qu’il était infecté par le virus A (H1N1). Confiné chez lui jusqu’à aujourd’hui, il s’estime guéri. Beaucoup d’autres Barbarians, partis en vacances pour des destinations plus lointaines, ont été placés en quarantaine à leur arrivée. C’est notamment le cas des Parisiens Julien Saubade, à Saint-Barthélemy, et Brian Liebenberg, en Afrique du Sud.

Chiffres contestés

Dans le reste du monde, il semblerait que recherche de l’identification systématique des malades atteigne ses limites. L’OMS accuserait un peu de retard dans ses dénombrements mondiaux, puisqu’elle vérifie, pour chaque pays, les données envoyées par les autorités de santé locales. Aux Etats-Unis le chiffre de 21 449 personnes malades annoncé le 24 juin est contesté. Toutes les personnes ne sont plus comptabilisées, un peu comme en Australie où les autorités sanitaires avaient diminué leur niveau d’alerte. 

LW

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article