Nerfs et coronaires

Peu de travaux ont été consacrés au traitement de la dépression chez des patients venant de subir une intervention chirurgicale sur les artères coronaires. L’objectif de cette étude américaine est d’évaluer l’efficacité de certaines thérapies non médicamenteuses, dans cette indication particulière où l’importance du tableau somatique ne le cède en rien à la détresse psychologique, aggravée par le sentiment d’avoir frôlé une issue fatale.

Une population ambulatoire de 123 patients dépressifs (selon les critères habituels du DSM-IV) a été concernée par cette enquête avec bilans trimestriels, réalisée moins d’un an après l’opération sur les coronaires. Alternatives proposées aux médicaments antidépresseurs : la thérapie cognitivo-comportementaliste (CBT : cognitive behavior therapy) et la gestion du stress (SSM : supportive stress management), phénomène dont on connaît l’impact déterminant en matière de risque cardiovasculaire en général, et de risque coronarien en particulier.

Ces thérapies ont été pratiquées durant douze semaines (protocole précis permettant des comparaisons cohérentes). Les auteurs ont évalué la rémission éventuelle de la symptomatologie dépressive, selon l’échelle désormais classique d’Hamilton, adaptée au suivi de la dépression [1]. Objectivés en termes de rémission à trois mois dans les scores enregistrés selon cette échelle, les résultats de cette étude confirment l’intérêt des thérapies expérimentées : 71 % de rémission sous CBT, 57 % sous SSM, contre seulement 33 % pour le groupe-témoin. Ces écarts sont plus ténus à six mois, mais se confirment à nouveau après neuf mois, avec toujours un avantage certain pour la CBT (75 % de rémission) manifeste notamment pour plusieurs critères : anxiété, désespoir, stress et qualité de la vie. Selon les auteurs, la CBT proposée après une intervention pour coronaropathie offre ainsi une efficacité « plus grande » et « plus durable » que les techniques de gestion du stress.

[1] http://www.echelles-psychiatrie.com/pdf/echelle-hdrs.pdf

Dr Alain Cohen

Référence
Freedland KE et coll. : Treatment of depression after coronary artery bypass surgery. Arch Gen Psychiatry 2009 ; 66 : 387-396.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article