Du café pour prévenir la maladie d’Alzheimer ?

Le 7 juillet 2009. Une étude publiée dimanche sur le site internet du Journal of Alzheimer Disease montre les effets très favorables du café sur les souris. De quoi susciter de réels espoirs alors que la maladie d’Alzheimer touche aujourd’hui 15 % des plus de 80 ans. Dans notre pays, 850 000 personnes sont concernées.

Des performances accrues

Cette étude tombe au moment où se réunit, jusqu’au 9 juillet à Paris, le 19ème Congrès mondial de gérontologie et de gériatrie avec pour thème principal la maladie d’Alzheimer.  Elle a été réalisée par le professeur Gary Arendash de l’Université de Floride (Etats-Unis) qui s’intéresse depuis longtemps au lien entre caféine et démence. Pour lui et toute son équipe, il existe une relation entre la consommation de caféine et un moindre déficit mnésique chez les malades souffrant d’Alzheimer. Il tire cette conclusion des résultats d’expériences menées sur 55 souris, chez lesquelles avaient été provoqué des troubles de la mémoire : celles auxquelles du café avait été administré (l’équivalent chez l’homme de 5 tasses par jour) ont eu de meilleurs résultats à des tests de mémoire et d’habileté mentale que celles n’ayant consommé que de l’eau pure. Mieux, quelques semaines plus tard, l’autopsie de leur cerveau a permis d'observer que les souris traitées par la caféine avaient moitié moins de protéine béta-amyloïde dans leur cerveau que les autres. Or, l’on sait que l'accumulation de cette protéine sous forme de plaques est une des principales lésions histologiques caractéristiques de la maladie d'Alzheimer.

Bientôt des tests chez l’homme

Rien ne dit que les résultats de ces tests sur les souris peuvent être extrapolés à l’homme. C’est pourquoi des essais cliniques sur l’humain sont prévus pour infirmer ou confirmer cette hypothèse.

Devant la progression de la maladie, il est toujours bon de voir que la recherche avance elle aussi. Jusqu’à présent, les médicaments cholinergiques et les exercices de stimulation de la mémoire sont les seuls moyens qui permettent d’espérer ralentir les troubles cognitifs de la personne atteinte d’Alzheimer. Le Plan Alzheimer 2008-2012, véritable enjeu européen, prévoit 1,3 million de personnes concernées par la maladie en 2020 et 2,1 millions en 2040.

F.B.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article