Le « Plan santé outre-mer » dévoilé

Martinique, le 21 juillet 2009. La Ministre de la Santé s’est rendue sur l’île de la Martinique hier pour visiter les hôpitaux du département et présenter son « Plan santé outre-mer ». Roselyne Bachelot a entamé sa visite officielle en se rendant à l'hôpital de Saint-Esprit où elle a pu constater « l'importance du sinistre » provoqué par les inondations qui ont touché cette commune du sud de l'île le 5 mai 2009. La ministre a déclaré que la reconstruction de l'hôpital s'imposait et elle a précisé qu'elle allait « examiner ce projet dans le cadre de la deuxième tranche du Plan Hôpital 2012 ». Selon elle la reconstruction de l'établissement nécessite un investissement de vingt millions d'euros.

D’une manière générale, Roselyne Bachelot a annoncé qu'un effort sera fait notamment en matière d'effectif et de moyens techniques pour les hôpitaux de l'île.

Un Plan en 6 axes majeurs

Ce plan concerne les départements d’outre-mer (Guadeloupe, Guyane, Martinique, La Réunion), Mayotte (engagé sur la voie de la départementalisation) et Saint-Pierre et Miquelon. Il doit permettre d’accompagner la mise en œuvre de la réforme instituée par la loi « Hôpital, patients, santé et territoires » dans les DOM et de mieux prendre en compte leurs particularités. Six axes identifiés dans le pré-projet ont été retenus : formation, recherche, risques naturels, continuités territoriales, difficultés financières, coopération interrégionale et internationale.

Les dispositions de la loi HPST doivent permettre à l’offre de santé sur les territoires ultramarins comme en métropole d’être mieux coordonnée, plus efficiente et d’une qualité accrue dans le cadre d’une contrainte financière réelle.
Un accompagnement spécifique est prévu pour les risques naturels (cyclone, tremblement de terre), de l’insularité, de l’éloignement de la métropole et pour les populations fragilisées par la pauvreté, ainsi que pour les pathologies particulières aux zones tropicales.

La formation médicale

On peut lire dans ce « Plan santé outre-mer » que les DOM accusent un déficit de médecins plus important que celui du territoire métropolitain. En conséquence, la progression du numerus clausus déjà engagée va se poursuivre jusqu’en 2010 dans ces départements. Toutefois, compte tenu de la forte propension des étudiants en médecine à s’installer dans la région du CHU dans lequel ils ont été formés, la mise en place de façon progressive dans la zone Antilles-Guyane d’une part, et dans l’Océan indien d’autre part, de la totalité du premier cycle des études médicales.

Pour les autres professionnels de santé, citons la création d’un institut de formation aux métiers de la santé par zone géographique (Antilles-Guyane, Océan indien), annoncée par le Président de la République, doit permettre de fédérer les énergies et de proposer des formations attractives aux futurs professionnels de santé.

Parmi les autres mesures phares, le renforcement de la fonction « Ressources humaines » dans les agences régionales de santé chargé de la cohérence des

politiques de recrutement, d’accueil et de formation des établissements. Il constituera un vivier des ressources potentielles et créera un « baromètre » social. En matière de recherche, le potentiel des départements d’Outre-mer doit être renforcé à travers le regroupement des équipes existantes en zones identifiées.

Ceci permettra de favoriser les partenariats et la coopération et de faire progresser les financements des établissements en missions d’enseignement, de recherche, de référence et d’innovation. Le plan se fixe comme objectif de multiplier le recours aux échanges entre la métropole et les établissements ultramarins à travers la télémédecine, la visioconférence, les jumelages et les dispositifs d’aide aux transports aériens.

Un comité de suivi sera mis en place afin d’évaluer la bonne mise en œuvre du plan et un premier bilan sera présenté au 1er trimestre 2010.

FB

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article