Risque de thrombose veineuse profonde : quelle signification pour les antécédents familiaux ?

Des  antécédents familiaux de thrombose veineuse profonde (TVP) pourraient être le reflet de l’existence de facteurs génétiques favorisants. Cependant, l’identification d’un facteur de risque ne suffit pas, loin s’en faut, pour prédire le risque individuel au-delà des autres variables et assurer ainsi un gain d’information utile. Il est vrai que la maladie veineuse thrombo-embolique (MVTE) n’a pas livré tous ses secrets pathogéniques.

Une étude de cohorte de type cas-témoins permet d’approfondir cette question. Les antécédents familiaux et les facteurs de risque environnementaux de thrombose veineuse ont été recherchés chez 1 605 patients présentant un premier épisode de TVP et chez 2 159 sujets témoins. Des échantillons sanguins ont été également collectés.

Au total, 505 patients (31,5 %) et 373 témoins (17,3 %) ont rapporté des antécédents de TVP chez au moins un parent au premier degré. Ces antécédents familiaux étaient associés à une augmentation du risque de TVP, en l’occurrence multiplié par plus de deux, l’odds ratio (OR) étant en effet estimé à 2,2 à partir de la simple comparaison des deux groupes précédemment définis. L’OR a été estimé à 3,9 quand plus de deux parents au premier degré étaient atteints d’une TVP. A noter que les antécédents familiaux en question n’étaient que peu corrélés aux facteurs génétiques connus de TVP. Par ailleurs, les antécédents familiaux de TVP restaient associés au risque de TVP que les patients présentent ou non des facteurs de risque environnementaux ou génétique. Comme on pouvait s’y attendre, plus les facteurs de risque étaient nombreux et plus le risque augmentait. Ainsi, l’existence de facteurs génétiques et environnementaux, en plus des antécédents familiaux de TVP, donnait un OR de… 64, versus les sujets témoins, indemnes de tout facteur de risque ou encore d’antécédents familiaux.

Si l’on en croit les résultats de cette étude de type cas-témoins, les antécédents familiaux de TVP seraient un indicateur du risque encouru par les descendants, quels que soient les facteurs de risque identifiables. En pratique courante, il serait plus intéressant de rechercher ces antécédents que de pratiquer un bilan complet de la coagulation à la recherche d’un trouble de l’hémostase. Les résultats précédents doivent cependant être vérifiés par des études de cohorte prospectives.

Dr Philippe Tellier

Référence
Bezemer ID et coll. : The value of family history as a risk indicator for venous thrombosis. Arch Intern Med 2009 ; 169 : 610-615.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article