Utérus unicorne : quelles conséquences sur la grossesse ?

Les malformations utérines sont rares et leur découverte est souvent fortuite, parfois lors d’une échographie de grossesse. Une des malformations utérines d’origine mullérienne est l’aplasie utérine unilatérale, ou utérus unicorne, qui peut être à l’origine de problèmes d’infertilité et de complications obstétricales.

Une revue de la littérature, portant sur vingt études effectuées entre 1953 et 2006, a évalué l’impact de l’utérus unicorne sur les grossesses. Au total, 290 cas de femmes présentant un utérus unicorne ont été rapportés dans la littérature. Cent soixante-quinze d’entre elles ont eu au total 468 grossesses avec 2,7 % de grossesses ectopiques, 24,3 % de fausses couches du premier  trimestre, 9,7 % des fausses couches du deuxième trimestre, 3 % de fausses couches sans précision sur le terme, 20,1 % d’accouchements prématurés, 44 % d’accouchement à terme et 10,5 % de morts fœtales in utero pendant le troisième trimestre. Le taux total des accouchements d’enfants vivants était de 49,9 %.

Même si l’utérus unicorne n’est souvent pas détecté, l’incidence peut être estimée, selon les données de la littérature, à 1 sur 4 020 dans la population générale. De plus cette anomalie est significativement plus fréquente chez les femmes infertiles.

Selon les auteurs, cette revue représente la plus large analyse des grossesses chez les femmes présentant un utérus unicorne. Vraisemblablement, les cas dont il s’agit ici font référence aux pires des scénarios, compte tenu du fait que la plupart des femmes étaient incluses dans les études concernées pour problèmes d’infertilité, de nombreux cas n’étant pas détectés à cause de l’absence de symptômes. Les résultats de cette analyse pourraient aider le clinicien à mieux comprendre et assister les patientes présentant un utérus unicorne qui devraient être considérées à haut risque obstétrical. Il faut souligner cependant, que ces femmes ne devraient pas seulement profiter d’une prise en charge gynécologique et obstétricale particulière, mais aussi d’une surveillance concernant les anomalies rénales. Une agénésie rénale est en effet souvent associée et la constatation d’un utérus unicorne impose l’étude complémentaire des loges rénales.

Dr Viola Polena

Référence
Reichman D et coll. : Pregnancy outcomes in unicornuate uteri: a review. Fertil Steril. 2009 ; 91 : 1886-94.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article