Neuf français sur dix favorables à l’informatisation des données médicales

Paris, 28 juillet 2009.  D’après un sondage TNS Sofres réalisé pour le compte du Conseil National de l’Ordre des Médecins (CNOM), 9 français sur 10 pensent que le suivi médical informatisée est une bonne chose. Ces résultats récoltés auprès de 1000 français de plus de 18 ans et 300 médecins sont un encouragement à la généralisation de l’informatique dans la pratique médicale.

Du gain de temps pour les médecins

Côté grand public, l’informatisation des données médicales est bien accueillie, sous certaines conditions, comme le respect de la confidentialité ou du secret médical. De plus, 78 % des personnes interrogées souhaitent savoir qui accède à leur dossier, et quelles sont les données consultées. Trois français sur quatre réclament également de connaître la teneur des messages échangés entre les professionnels de santé à leur sujet.

Côté médecins, 68 % jugent la mise en ligne du dossier médical de leur patient utile pour l’exercice de leur pratique quotidienne. Près de la moitié des médecins questionnés estiment que le premier avantage des échanges informatisés est une meilleure coopération entre les différents professionnels intervenant pour le patient. Notamment pour favoriser « le partage d’informations entre médecins de ville et médecins hospitaliers », selon le Dr Lucas, vice-président du CNOM.

Pour les français, le CNOM est le garant des droits des patients

Ce sondage commandé par le CNOM tombe à point nommé avant la mise en place nationale du dossier médical personnel (DMP) accessible par Internet, annoncée pour 2010 par le Ministère de la Santé. Expérimenté à petite échelle dans certaines régions, le DMP s’avère conforté par l’opinion publique. En outre, le CNOM est renforcé dans son rôle de protection des droits du patient et de la déontologie médicale. 79 % des français interrogés le jugeaient en effet le plus apte à remplir cette mission au niveau national.

LF

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article