PR : le risque cardio-vasculaire n’est pas lié uniquement à la maladie…

Que les patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde (PR) soient à risque cardio-vasculaire n’est plus un scoop car ce fait est à présent bien établi. Cependant, outre qu’un traitement précoce et agressif réduit nettement ce risque cardio-vasculaire, les rhumatologues peuvent agir à bien d’autres niveaux encore pour améliorer la morbi-mortalité cardiovasculaire de leurs patients.

C’est en tout cas la principale leçon de l’étude effectuée par une équipe australienne menée par S. Brady (Melbourne) qui a comparé une multitude de données épidémiologiques de 150 patients souffrant de PR à celles d’une population contrôle. Elle a pu constater de la sorte que les patients souffrant de PR étaient plus fréquemment fumeurs (p<0,001), sédentaires (p=0,006), et obèses ou en surpoids (p=0,040 pour l’IMC et p=0,049 pour le tour de taille). Elle n’a pas, par ailleurs, répertorié de différence significative en termes de glycémie ou de taux sanguins des lipides, ni en prévalence de l’hypertension artérielle ou du diabète.

Les habitudes diététiques de ces patients étaient également différentes, avec un apport significativement plus élevé en produits laitiers (p<0,001) et en œufs (p=0,025). Ces constats se sont traduits par un risque cardiovasculaire nettement supérieur, même après exclusion des fumeurs (p=0,036), alors que les patients souffrant de PR ont des antécédents familiaux moins marqués sur le plan cardiovasculaire (p=0,005).

« Il en va de la responsabilité du rhumatologue d’imposer un arrêt du tabagisme et de susciter au maximum un exercice physique régulier pour réduire le risque cardiovasculaire de leurs patients » concluent les auteurs.

Dr Dominique-Jean Bouilliez

Référence
Brady S et coll. : The role of traditional cardiovascular risk factors among patients with rheumatoid arthritis. J Rheumatol 2009 ; 36 (1) : 34–40.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article