Cancer de la vulve chez les femmes jeunes : plusieurs facteurs de risques sont modifiables

Le cancer de la vulve est considéré comme un cancer rare chez la femme. Toutefois, l’Institut National du Cancer aux USA a identifié récemment le cancer de la vulve comme un des 12 cancers présentant une augmentation d’incidence, avec une augmentation de 2,4 % par an pour le cancer de la vulve in situ et invasif. Le cancer de la vulve est essentiellement un cancer de la femme âgée, mais certaines études récentes ont démontré une augmentation de son incidence chez les femmes plus jeunes. Il est probable que les facteurs de risque du cancer de la vulve chez les jeunes femmes soient différents de ceux des femmes âgées.

Dans cette étude rétrospective, les auteurs ont essayé d’identifier les facteurs pronostiques et environnementaux associés au cancer de la vulve de la jeune femme. Cinquante six femmes âgées de moins de 45 ans, présentant un cancer squameux de la vulve pendant la période 1994-2006, et identifiées par les universités du Minnesota et d’Oklahoma, ont été incluses dans cette analyse. L’âge moyen des femmes était de 38 ans et la période moyenne de suivie de 25,3 mois.

Globalement, 58 % des patientes avaient un cancer de la vulve stade I et 77 % étaient fumeuses. Parmi les femmes ayant un cancer de la vulve à un stade avancé : 46,7 % avaient des antécédents de néoplasies intra-épithéliales de la vulve (VIN), 40 % avaient été exposées à l’HPV, 53,3 % étaient fumeuses et 6,7 % présentaient une immunosuppression.

Une vulvectomie radicale accompagnée d’une lymphadénectomie unilatérale ou bilatérale a été effectuée dans 80 % des cas, et dans 18 % des cas, les ganglions étaient positifs. Les patientes N+ avaient plus souvent présenté des lésions dysplasiques du col utérin que les femmes N- (p<0,04). Une récurrence de la maladie a été rapportée dans 10,7 % des cas (n=6) dont 3 récurrences locales et 3 avec des métastases à distance. Les trois patientes présentant des métastases (5,4 %) sont décédées de leur maladie. 

Les résultats de cette étude, qui représente la plus large étude ayant analysé le cancer de la vulve chez des femmes jeunes, montrent que les facteurs de risque différents de ceux des femmes plus âgées. Plus particulièrement, les femmes plus jeunes sont plus souvent fumeuses et présentent plus souvent des antécédents d’infection HPV. Par ailleurs, les femmes ayant une immunosuppression sont à plus haut risque de cancer de la vulve.

Les auteurs concluent que les femmes jeunes présentant un cancer de la vulve ont tendance à avoir une maladie à un stade précoce, à être fumeuses, et à avoir des antécédents de VIN et  d’infection par HPV. La plupart des facteurs associés au cancer de la vulve chez les jeunes femmes sont modifiables. Etant donné que l’incidence totale et le nombre de lésions pré cancéreuses du cancer de la vulve chez les femmes jeunes sont actuellement en augmentation, il est important de leur porter une attention particulière.

Dr Viola Polena

Référence
Lanneau GS et coll. : Vulvar cancer in young women : demographic features and outcome evaluation. Am J Obstet Gynecol. 2009 Juin ; 200 (6) : 645. e1-5.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article