Grippe A (H1/N1) : la Fédération Hospitalière demande plus de moyens

Paris, le 12 août 2009. Le temps presse à la Fédération Hospitalière de France (FHF) pour qui les moyens mis à leur disposition pour faire face à une éventuelle pandémie à la rentrée sont « insuffisants ». La faute à un système de financement liée à l’activité réalisée, le fameux T2A.

Déjà, le 6 août dernier, le syndicat des cadres hospitaliers (SNCH) avait demandé au gouvernement d'accorder à l'hôpital public des fonds « spécifiques » à la prévention des effets de la grippe A (H1/N1). Pour lui, le financement à l'activité actuellement en vigueur n'est « pas adapté » à ce type de crise sanitaire.
« Il faut des lignes de crédits spécifiques pour faire face à des augmentations brutales d'activité (...) Soit on nous donne de l'argent, soit on le prend sur le déficit. (…) Les pouvoirs publics doivent prendre leur responsabilité. Ils ne peuvent pas demander aux hôpitaux de dépenser sans compter pour assurer la sécurité des Français et leur reprocher d’être déficitaires », a dit à l'AFP le président du SNCH, Philippe Blua.

Un « mécanisme de financement » est prévu

Selon le Ministère de la Santé, un « mécanisme de financement est prévu. (…) Ce fut le cas ainsi lors de la canicule de 2003. Ce mécanisme entre dans le cadre des missions d'intérêt général (MIG) », a-t-il précisé.

De leur côté, les maisons de retraite demandent des directives précises. « Nous avons beaucoup d’interrogations notamment sur la vaccination : le personnel sera-t-il vacciné en priorité comme celui des hôpitaux ? », s’inquiète Florence Arnaiz-Maumé, déléguée générale du Synerpa (syndicat des maisons de retraite privées). Philippe Blua, président du SNCH, déplore le fait que « DDASS et conseils généraux ne sont pas toujours d’accord sur qui fait quoi, notamment pour approvisionner les établissements en masques et Tamiflu. Les hôpitaux ont été pourvus, pas les maisons de retraite. Chaque établissement gère comme il l’entend ».

Des « fiches de conduites à tenir » dédiées au secteur médico-social sont attendues pour le 26 août par les établissements de santé.

FB

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article