Dépistage de masse du cancer de la prostate : l’Asie aussi

Le dépistage du cancer de la prostate (KP) par le dosage de l’antigène spécifique de la prostate (PSA) est très répandu, encore que d’une « rentabilité » contestée, dans les pays occidentaux. Il aurait comme avantage de détecter des KP à un stade précoce et, partant, d’améliorer les résultats du traitement. Et comme inconvénient celui de soumettre certains sujets atteints de tumeurs peu évolutives à des traitements inutilement lourds. 

L’incidence du KP étant plus faible (mais en croissance rapide) en Asie, le dépistage de masse n’y est pas pratiqué.

Des auteurs coréens l’ont testé dans 3 provinces de Corée du sud, groupant une population de plus de 1,6 million d’hommes.

Par annonces publiques et courriels aléatoires, les promoteurs de cette campagne ont recruté 3 943 volontaires sans KP connu et âgés d’au moins 55 ans, chez lesquels on a dosé le PSA. Si le taux en était > ou = 3 ng/ml, une biopsie sur 12 sites, sous échographie endorectale était proposée. Les patients ont été répartis par décennies d’âge (55-64, 65-74, 75-84, plus de 85 ans).

Les auteurs ont observé une augmentation régulière du taux moyen de PSA avec l’âge (1,2 ng/ml avant 64 ans, jusqu’à 4,7 ng/ml après 85 ans). Au total, 719 hommes étaient candidats à la biopsie (soit 18 %), le taux passant là aussi de 7 % avant 64 ans à 33 % après 85 ans. Parmi ces candidats, 268 seulement (37 %) ont effectivement subi une biopsie, parmi lesquels 76 KP ont été dépistés, ce qui donne un taux de détection de 1,9 % (nombre de cancers diagnostiqués par rapport au nombre de biopsies réalisées). Si tous les sujets candidats à la biopsie avaient effectivement eu cet examen, il a été estimé que le taux de détection (taux de détection estimé) de KP aurait été de 5,2 %. Le taux de détection de cancer de la prostate estimé ajusté sur l’âge dans la population des hommes de plus de 55 ans a été calculé à 3,4 %.

Cette étude confirme des données connues : le risque de détecter un KP augmente proportionnellement avec le taux de PSA ; le nombre de « carottes » positives sur les 12 biopsies pratiquées augmente aussi avec le taux de PSA (par ex. 2 pour les KP avec PSA inférieur à 4 ng/ml, et 7 quand le PSA est supérieur à 10 ng/ml) alors qu’il n’y avait pas de corrélation entre le taux de PSA et le score de Gleason. Elle montre que le taux de détection de cancer de la prostate constaté justifie dépistage et surveillance dans la population des hommes sud coréens de plus de 55 ans.

Dr Jean-Fred Warlin

Référence
Song C et coll. : Mass screening for prostate cancer in Korea : a population based study. J Urol., 2008; 180:1949-53.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article